Monday, June 24, 2019

“He’s got the whole wide world in His hands”

Text Size



La Parole de Dieu dans la bible
Prédication de Duurt Sikkens
 
 
 
 
Bonjour frères et soeurs,
Tout d’abord, je voudrais vous demander, chers auditeurs de VOX, de réécouter ce message plusieurs fois afin de bien le comprendre.
Je vais partir d’une citation de Paul que nous lisons dans 1Thess. Ch.5 v. 21.  «  N’éteignez pas l’Esprit, ne méprisez pas les prophéties, éprouvez toutes choses et retenez ce qui est bon. »
Il s’agit donc d’éprouver ou bien de tester les prophéties.  La question est : Comment devons-nous éprouver, examiner ou tester ? Avec quelle référence ?  Sur quelle base ?
Dans sa deuxième lettre, Pierre écrit au ch. 1 v. 19 à 21  : » et nous avons, rendue plus ferme, la parole prophétique à laquelle vous faites bien d’être attentifs comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur jusqu’à ce que le jour ait commencé à luire et que l’étoile du matin se soit levée dans vos cœurs, sachant ceci premièrement qu’aucune prophétie de l’écriture ne s’interprète elle-même.  Car la prophétie n’est jamais venue par le vouloir de l’homme, mais des hommes ont parlé de Dieu, étant poussés par l’Esprit Saint. »  Pierre dit donc bien : pas d’interprétation personnelle car aucune prophétie n’est jamais venue par la volonté de l’homme, mais c’est inspirés par l’Esprit Saint que des hommes ont parlé de Dieu.
Il ne nous appartient donc pas d’interpréter, par exemple, les prophéties d’Esaïe selon notre envie !
Notre bible est appelée aussi Saintes Ecritures ou Parole de Dieu ou le Livre des livres.  Le terme bible vient du mot grec biblia qui signifie des livres au pluriel .  Car il s’agit ici d’une collection de livres qui forment ce que nous appelons l’Ancien et le Nouveau Testament.  Le terme « testament » a été employé par Paul dans la lettre aux Hébreux ch. 9 v. 16 et 17.  Mais je préfère parler de l’Ancienne et la Nouvelle Alliance comme dans 2 Cor. 3 v 14 et dans Galates 3 v 15.  Il s’agit toujours de l’alliance entre Dieu et les hommes.  La première partie de la bible est une collection d’écrits juifs et c’est tout ce dont disposaient les disciples de Jésus.  La seconde partie , c’est la nouvelle Alliance conclue par Jésus.  Ce sont les évangiles, les lettres et le livre remarquable de l’Apocalypse.
La bible a été écrite essentiellement en hébreu et en araméen pour ce qui concerne l’ancien testament et en grec pour ce qui concerne le nouveau testament.  Au temps où ce dernier fut écrit, le grec était la langue commune, un peu comme l’anglais de nos jours.  Ces textes ont été recopiés d’innombrables fois.  Il en existe beaucoup de manuscrits et de traductions.  Ces traductions différent légèrement parce que le texte original est parfois difficile à pénétrer.  Et il y a aussi beaucoup de commentaires.
Mais qui a déterminé ce qui devait faire partie de la bible et ce qui devait en être retranché ?  Connaissez-vous le canon ?  C’est l’ensemble des textes bibliques tenus pour être d’inspiration divine.  Le mot vient du grec canôn qui signifie règle, loi ou modèle.  Le grec kanna signifie canne ou roseau. En latin nous avons canna qui signifie roseau.  Tous ces mots ont une origine commune qui signifie une baguette ou barre servant à mesurer.  Le canon c’est la règle ou la norme qui sert de mesure.
Quand Jésus parle des écritures, Il cite les psaumes, les prophètes et des paroles de Moïse .  Ceci est le plus important.  Les histoires dans le livre des Rois et les Chroniques sont très  intéressantes et si on y voit une signification profonde, c’est très bien. Mais l’essentiel se trouve dans les paroles de Moïse, les psaumes et tous les prophètes, les grands et les petits.
Le Nouveau Testament se compose essentiellement des évangiles et des lettres.  Ces écrits datent de longtemps après le temps de Jésus.  Paul n’a jamais pensé que ses lettres pastorales seraient un jour rassemblées en un livre dont on ferait des études gigantesques.  Si un pasteur actuel écrit une lettre à quelqu’un ou à une église, pensez-vous  qu’on ajoutera cette lettre à la bible ?  Et qu’on en fera un tas de commentaires théologiques ?
Enfin, qui a déterminé quels livres et quelles lettres devaient faire partie de la bible ?  Et comment a-t-on pu être certain du bon choix ?
C’est seulement des centaines d’années après Jésus Christ  que l’on a décidé de cela.  Qui ?  Des empereurs , des papes et des conciles.  Ce sont eux qui ont déterminé quels étaient les livres canoniques.  Et les livres dont on mettait l’inspiration divine en doute ont été appelés deutérocanoniques.  Puis, ceux qui ne furent pas acceptés comme inspirés par Dieu, ont été appelés apocryphes.
Mais Luther a dit : « Lisez-les tous.  Cela ne vous fera pas de tort. »  Tandis que l’église catholique disait : «  C’est à nous à déterminer ce qui fait partie du canon ou pas car nous étions les premiers. »  En effet, nous étions tous de l’église romaine dans les premiers siècles après Jésus Christ.  Au début, la seconde lettre de Pierre, dont nous venons de lire un passage,  n’y était pas.  Elle a été ajoutée par la suite.  La troisième épître de Jean non plus et l’Apocalypse pas davantage.  L’Apocalypse n’a été insérée dans le canon qu’au  V ième siècle parce que c’était une histoire fantastique, un peu comme de la science-fiction ou de la fiction religieuse .
Pour ce qui est de l’évangile de Jean, il en existait des dizaines de manuscrits.  Lequel était le bon ?  Il y avait aussi beaucoup de fausses épîtres en circulation .  Certains faussaires sous-signaient leurs écrits du nom de Paul pour faire admettre leur point de vue plus facilement.
Il y a eu une troisième lettre aux Corinthiens puisque Paul en parle dans une de ses lettres.  Mais elle a été perdue et personne ne sait où elle se trouve.  Une lettre adressée aux Laodicéens a également été perdue.  Dommage.
Il existe beaucoup de littérature au sujet de l’élaboration de la bible.  Si vous le pouvez, lisez-la : c’est très intéressant.  Vos yeux s’ouvriront et vous ne direz plus que la bible est inspirée de Dieu d’un bout à l’autre.  Car ce n’est pas vrai.  Je vais essayer de vous montrer que la bible n’est pas infaillible du début jusqu’à la fin.
Au cours des siècles, on s’est beaucoup disputé à ce sujet.  Et les conséquences s’en ressentent encore aujourd’hui.
Lorsque le Pape parlait en tant que chef de l’église, du haut de la chaire, chacune de ses paroles était considérée comme infaillible.  Et ceci durant toute l’histoire de l’Eglise.  Des traditions sont venues s’ajouter.  L’église est fort attachée à la tradition.
Ensuite on a dit que la bible est un livre saint.  D’autres religions dans le monde ont aussi leur livre saint.  L’Islam a son Coran.  L’hindouisme a ses écrits sacrés : la Véda.   Les Mormons ont le Livre de Mormon qui aurait été recommandé par un ange appelé Mormon.  Ainsi, chacun a ses livres saints.
Revenons à notre bible : chaque mot en a –t-il été inspiré par l’Esprit de Dieu ?
Il est dangereux de l’affirmer parce qu’il y a des erreurs dans la bible.  Oui, la bible comporte des erreurs.  Elles ont été répertoriées.
Je dis que une si religion est basée sur un livre, cela conduit à la guerre.  Toutes ces guerres chrétiennes, ne trouvent-elles pas leur origine dans des conceptions et des interprétations différentes ?  Toutes les disputes et les schismes ?  Les Pays Bas en sont tristement célèbres.  Et ceci concerne également le monde évangélique.  Si on se base uniquement sur un livre, on aura un grand nombre d’interprétations et il y aura des divisions, des soi-disant guerres saintes.  Chacun y aura sa propre vérité.  Et dans le feu du combat , l’amour sera perdu.
Je vais vous montrer une faute manifeste dans la bible :
Dans 2 Samuel ch. 24 v 1 il est écrit que Dieu incita David à dénombrer le peuple.  Dans 1 Chron. 21, c’est Satan qui incite David à dénombrer le peuple : où est l’erreur ?
Et il y a beaucoup d’autres erreurs.  Mais cela ne doit pas être un problème.
Si on compare les évangiles, on voit des divergences dans l’ordre chronologique et  cela n’est pas étonnant.  Si vous assistiez tous à un même événement, une fête ou une catastrophe et si vous étiez amenés à rapporter cet événement, chacun en aurait sa propre version.  Chacun décrirait l’événement à sa manière.  Et c’est bien ainsi.  Chacun a sa propre histoire.  Le contraire est pratiquement impossible.
Des chrétiens emploient comme argument : « dans la Bible, il est écrit … »  Les musulmans peuvent dire : «  dans le Coran, il est écrit .. » et les hindous diront :  « dans la  Veda il est écrit … »  Dans l’Egypte Antique on pouvait dire :  « dans le livre de la vie et de la mort il est écrit … »
Tant de choses ont été écrites.  Jésus connaissait ces discussions et Il s’en est servi quelques fois contre des scribes. Un jour, il va même jusqu’à dire aux docteurs de la Loi : « Vous ne connaissez pas les Ecritures »   N’était-ce pas là une injure ?
Mais, pour Jésus, connaître signifiait autre chose .  Celui qui connaît réellement le Père , par l’Esprit Saint, celui-là comprend le principe d’interprétation exacte .
Nous nous basons sur des textes bibliques .  Mais, les textes bibliques sont des paroles d’autres personnes.  Les juifs disaient à Jésus : Moïse a dit que …  Et Jésus leur répond : « Oui, c’est vrai, mais, Moi, je vous dis … »  Qu’en pensez-vous ?   Jésus a donc affirmé que ce que disait Moïse était bien, c’étaient des bonnes paroles.  Mais Jésus a quelque chose de meilleur.  Dans la lettre aux Hébreux , on  lit 10 fois le mot meilleur.  Jésus, le médiateur d’une meilleure Alliance, un meilleur Royaume, une meilleure patrie.  Les choses anciennes étaient bonnes, mais Jésus est venu avec quelque chose de meilleur.
Par exemple, Moïse disait : «  œil pour œil, dent pour dent… si tu me frappes, je te rends les coups et l’équilibre est rétabli. »  Mais, Jésus a dit : «  Aime cet ennemi qui t’a frappé car Dieu est bon pour l’ami et pour l’ennemi. »  Ceci est tout de même d’un ordre supérieur !  Vous pouvez lire ceci dans Matthieu ch. 5 v. 44 et 45.
Quelle connaissance avons-nous de Dieu ?  La parole de Dieu n’est pas un gros bouquin mais la Parole est Quelqu’un !  A la fin de l’Apocalypse ( ch. 19 v 13 ) il est écrit : «  Il est enveloppé d’un vêtement trempé dans le sang.  Il s’appelle de son nom : Parole de Dieu. »  Jésus EST la Parole de Dieu.
Dieu Le voit et dit à Ses anges : Voici Ma parole, le Voici : une personne vivante : écoutez-Le.
Et ceci est également valable pour la Vérité et la Lumière. Ce ne sont pas des choses abstraites car Jésus a dit de Lui-même qu’Il est la vérité et la lumière.  Ces paroles sont devenues chair en Lui.  Jésus S’est attribué tout ce qu’Il lisait dans les psaumes et les prophètes et dans les paroles de Moïse.  Il disait : il s’agit de Moi .
Comment lisons-nous la bible ?  Dans 1 Pierre 1 v 10à 12 il est écrit que les prophètes ont prophétisé de la grâce qui nous était destinée .C’est de nous qu’il s’agit !   Nous, nous connaissons la fin des siècles et nous avons part à la gloire du Christ, recherchée avec tant d’ardeur par les prophètes.  Ceci est prodigieusement beau !  Quelle merveilleuse idée que celle d’avoir part aux pensées de Dieu ! C’est cela le Royaume de Dieu.  Nous pouvons penser de façon originale à partir du Père.
Dans le Nouveau Testament, le terme qui désigne la conversion, c’est : » metanoya », ce qui signifie : changement de pensée.  C’est ce que nous devons apprendre à faire. Et arriver ainsi , ensemble avec tous les saints, à connaître les dimensions de l’amour de Dieu. Voyez Ephésiens 3 v. 17 à 19 : « que le christ habite dans vos cœurs par la foi et que vous soyez enracinés et fondés dans l’amour, pour être capables de comprendre avec tous les saints quelle est la largeur ; la longueur, la profondeur et la hauteur, et de connaître l’amour de Christ qui surpasse toute connaissance en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu. »
Dans les faire-part de décès, on lit souvent des textes ou citations bibliques.  Je lis souvent : « Le Seigneur est Mon berger ».  C’est très connu.  Cette parole magnifique est née de la collaboration  qui existait entre Dieu et David.  Mais, nous autres , occidentaux, nous n’emploierions peut être pas ce terme.  Il n’y a pas beaucoup de bergers chez nous.  Je vous le demande : quelle image emploieriez-vous pour exprimer la relation féconde que vous avez avec Dieu par l’Esprit Saint ?  Les textes bibliques sont des paroles d’autrui. Et je trouve plus intéressant de développer des fruits soi-même.  Par exemple, comme en-tête d’une annonce de décès, on pourrait lire une phrase propre du défunt : qu’en pensez-vous ?
Pierre dit : Si vous parlez, que ce soient des paroles comme venant de Dieu. Pourtant, il s’agit de NOS paroles.  Dieu laisse intacte notre façon de parler, de dire les choses.
Comparons les prophètes Esaïe et Amos entre eux.  Esaïe a un vocabulaire très riche.  C’était un homme cultivé.  Mais, Amos dit de lui-même qu’il n’est qu’un éleveur de moutons.  Et cela se voit à sa façon de s’exprimer.  Mais les deux désignent la même chose : voilà qui est formidable !  Si Esaïe et Amos se rencontrent dans le ciel, ils se donnent la main car ils ont voulu tous les deux la même chose.  Ceci est beau n’est-ce pas ?  C’est ainsi que nous reconnaissons ces choses dans notre frère et notre sœur.
Le Dieu de l’Ancienne Alliance n’était pas différent du Dieu de la Nouvelle Alliance.  Pourtant, le Dieu de l’Ancien Testament était beaucoup plus cruel, on a dit de Lui qu’Il avait inventé le mal et qu’Il le faisait exécuter par le diable. Comme dans le livre de Job !  
Il serait un Père bien étrange.  Dieu n’a pas changé, mais, la compréhension, l’interprétation de Dieu était différente.
Beaucoup de propriétés du diable ont été attribuées à Dieu.  Il y avait tant de faux dieux qu’on ne voyait plus le Seul Vrai.  Même Moïse s’est trompé parfois.  Nous le voyons dans les psaumes de vengeance, de malédiction et dans ces guerres qu’on menait au nom de Dieu.  Elles étaient aussi cruelles que la guerre en Irak de nos jours.  Et Samuel a décapité des personnes au nom de Dieu.  On a coupé les pouces des rois vaincus. Des histoires sanglantes : était-ce là la main de Dieu ??  Pouvez-vous aimer un tel Dieu ?  Non, n’est ce pas ?  Tout au plus Le vénérerait-on dans l’angoisse.  On Lui offrirait pour s’attirer Ses bonnes grâces.  On lui demanderait chaque jour : «  comment voulez-Vous que je vive ?  Parce que si je n’agis pas bien, Dieu va me frapper ou me rendre malade. »  En rapport avec ceci je vous invite à lire Jérémie ch. 7 v 21 à 28. Dans le verset 23 il est dit : « Ecoutez Ma voix . »  Qui d’entre nous peut le faire ?  Il y a tant de voix ! 
Lorsqu’il est question de violence physique ou verbale - quelque forme que ce soit - cela ne vient pas de Dieu, notre Père.  Ce n’est pas Lui qui a inventé le déluge.  En voulez-vous la preuve ?  Lisez Luc ch. 9 v .51 à 56.  Jean et Jacques disent : Ferons- nous descendre du feu du ciel pour les détruire ?  Jésus les regarde et les rabroue !  Les disciples ne savaient pas de quel esprit ils étaient animés parce qu’ils avaient une image erronée de Dieu.  La pensée de Jean et de Jacques était voilée.  Mais, en Christ, ce voile est ôté.  Dès que l’on croit en Christ et qu’on est rempli de Son Esprit, le voile tombe. A la fin de l’évangile de Luc, au ch. 24 v. 45 il est écrit que Jésus leur ouvrit l’intelligence pour comprendre les Ecritures.  C’est seulement alors qu’ils comprirent la profonde signification de Moïse, des Prophètes et des psaumes.  On ne peut la comprendre sans Christ !  Dans la loi de Moïse, dans Deutéronome ch. 21 v.18 , on lit que si on a un fils indocile et rebelle, on peut le conduire aux anciens pour le lapider.  Et les blasphémateurs étaient également lapidés.  Ce sont quelques exemples.  Pourtant,  Jésus nous apprend à aimer et à être transformés dans notre façon de penser.
Jésus aussi a été plusieurs fois menacé de lapidation.  Comment y réagissait-Il ?  En s’échappant et en se cachant parmi la foule…  Ce n’est pas très téméraire,  mais une telle attitude m’émeut profondément.  On a aussi jeté des pierres à la tête de Paul .  Et Stéphane en est mort.  Jésus a connu tant d’opposition parce qu’Il parlait et qu’Il agissait à partir d’une conception de Dieu toute autre.  Et cela ne fut pas accepté. Il ne venait que de Nazareth.  Il fut rejeté, Lui, la pierre angulaire !   Et si nous commençons à ressembler à notre Père céleste, nous connaîtrons le même sort.  Réfléchissons-y.
 
On a dit beaucoup de choses fantaisistes sur le baptême dans l’Esprit Saint.  Recevoir  est  concevoir .  On reçoit un principe de vie de Dieu.  C’est la conception de la vie de Dieu.  Et on ne reçoit pas cet Esprit pour réaliser ses propres idéaux, mais pour réaliser l’idéal de Dieu.  Et l’Esprit est humble, modeste et discret.   Utilisez ce que Dieu dit dans la bible comme cadre de référence.  C’est cela examiner et tester.   C’est pourquoi les conversations sont importantes. Ainsi vous aurez un échange. Ainsi, vous pourrez juger des prophéties et des visions à leur juste valeur et leur vérité car il y a beaucoup de confusion en ce domaine. Cela est dit dans Jérémie ch. 23, v. 25 à 32.  Même dans les prophéties d’Esaïe il y a des choses bizarres.  Il y est dit que Dieu a créé le destructeur pour briser. ( ch. 54 v ; 16 ) Pouvons-nous douter de la Parole de Dieu ?  NON, mais nous pouvons douter de l’interprétation d’Esaïe .  Me comprenez-vous ?  Bien sûr, 99 % de ce qu’Esaïe a prophétisé est impeccable .
Il y a actuellement des revues (périodiques) qui racontent des prophéties et des visions à propos des intentions spéciales que Dieu aurait pour l’Europe, l’Afrique et l’Asie. C’est horrible.  Je veux dire qu’il faut toujours tester et examiner les visions et les prophéties.  Aussi les prédications, même les miennes, car je veux que l’on me corrige s’il y a lieu. Je serais déçu du contraire.
Jésus cite souvent les psaumes, les prophètes et Moïse.  Car tout s’y trouve.  Et de quoi parlent-ils ?  Jésus dit : de Moi.  C’était osé !
Quelqu’un dira-t-il :  « Le Seigneur me dit dans mon cœur … » Alors je veux savoir si c’est bien le Seigneur . Il faut toujours examiner, vérifier .  Soit que vous écoutiez soit que vous lisiez :  soyez toujours sélectifs.  Sélectionnez toujours : ce qui est comestible et ce qui ne l’est pas .  Car on est confronté à toutes sortes de choses aujourd’hui.
Un docteur de la Loi demandait un jour à Jésus : «  Que faut-il faire pour recevoir la vie éternelle ? » voyez Luc 10 v. 26.  Jésus lui répondit : « Qu’est-il écrit dans la loi ?  et COMMENT lis-tu ?. »  Comment lisons-nous ?  Ceci est une question cruciale.  Sommes-nous sélectifs ?  C’est important pour distinguer le vrai du faux.  Sinon les prophéties seront expliquées selon son propre vouloir.  Combien de prophéties ne sont-elles pas interprétées de façon naturelle , décalées vers un peuple visible, comme le peuple d’Israël de nos jours ?  Dieu aurait-Il quand même encore une intention spéciale avec ce peuple ?  Pourtant, Dieu aime tout autant les Palestiniens .  Dieu aime tous les peuples.  Qu’en pensez-vous ?
 
A quoi sommes-nous appelés ?  Car tout n’est pas encore accompli. Jésus donne une remarque très consolante dans le chapitre16 de Jean.  Il dit que le Saint Esprit nous apprendra tout. «  Il vous conduira dans toute la vérité ».  Donc, nous devons bien nous écouter les uns les autres de sorte qu’il n’y en ait pas un qui dicte sa loi mais que nous nous écoutions mutuellement.  Ecouter ce que l’Esprit dit aux églises.  Très bien, mais je pense parfois : Comment l’Esprit parle-t-Il ? Et avons-nous des oreilles pour L’entendre ? Jésus dit dans Jean ch. 16 v. 14 et 15 en parlant de l’Esprit: « Celui-là me glorifiera, car il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera.  Tout ce qu’a le Père est à moi ; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend du mien, et qu’il vous l’annoncera »
 Et c’est ainsi que nous serons UNS avec Jésus : L’Esprit Saint nous remettra en mémoire les pensées de Dieu, celles qu’Il avait dès le commencement.  Nous pouvons donc retourner vers le commencement, vers les pensées de Dieu qui ne sont pas liées au temps, ni à l’espace : la Parole de Dieu.  Car au commencement était la Parole.  Si je me relie en esprit à la Parole, je ne me fais plus de soucis à propos du temps et de l’avenir, car je suis relié au tout début : l’Eternel.  Jésus a dit : Je ne dis rien de moi-même ; je parle de ce que j’ai entendu du Père.
D’où ma question : Avons-nous suffisamment de discernement des esprits ?  Savons-nous distinguer les manifestations de l’Esprit Saint ?  Jésus a dit : »Mes brebis me reconnaissent.  Elles entendent ma voix et elles n’écouteront pas celle d’un autre. »
Faisons attention : il y a quelqu’un qui peut très bien citer des versets bibliques : c’est le diable lui-même.  C’est à nous à discerner.  Et je vous prie de distinguer aussi si, ici-même, je parle de moi-même ou de la part de Dieu !
Le mot «  lire » comprend aussi la notion de « collectionner » ou d’amasser des trésors.  En lisant, on s’approprie un monde de pensées.  Le mot grec pour lire = anagnosko, ce qui signifie : se souvenir ou reconnaître ;  En lisant un passage de Esaïe, nous pensons :  oui, je le reconnais. Cela me dit quelque chose.  Sur quelle base le reconnaissons nous ?  C’est un processus de l’esprit.
En continuant de lire, on se dit : oui, ceci est inspiré par l’Esprit Saint, il s’agit du Christ, je le reconnais ; littéralement : je le sais de nouveau .
Dans 2 Timoth. 3 v ; 16 il est écrit : «  Toute écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour réfuter, pour redresser, pour éduquer dans la justice afin que l’homme de Dieu soit à la hauteur, parfaitement équipé pour toute œuvre bonne. »
Dans la plupart des traductions en français, ce texte est rendu de cette façon.  Mais dans le texte original ,au lieu de : toute écriture EST inspirée de Dieu, nous avons : « Toute écriture inspirée par Dieu est utile pour enseigner… »
C’est que chaque parole écrite n’est pas nécessairement inspirée par Dieu.  Il y en a d’autres.  Donc,  il faut discerner si l’écrit a été ou non inspiré par Dieu. 
On reconnaît directement si une parole est inspirée par Dieu.  On le reconnaît aussi dans  les prières.  On peut l’entendre.  Et si on n’y  reconnaît pas l’inspiration divine, c’est qu’il faut la rejeter parce qu’elle ne contient pas de vraie vie. 
En résumé, je dirais que la bible est un livre écrit par des hommes et qui traite de leur relation avec Dieu.  La bible contient beaucoup de paroles de Dieu et on les reconnaît comme venant de notre Père céleste.  Ecoutons donc bien ce que l’Esprit Saint dit aux églises et discernons bien les paroles et les voix.
Amen.
 
PRIONS :
Père , apprenez-nous à distinguer l’essentiel et, par votre Esprit, conduisez nous toujours plus en avant dans votre monde de pensées parce que Vous êtes uniquement Amour.  Merci parce que nous devenons de plus en plus conscients d’être Vos Paroles, dans Votre Fils, dans Votre Parole, depuis le commencement.
Parce qu’à Vous appartiennent le Royaume et la gloire.  Amen.