Monday, June 24, 2019

“He’s got the whole wide world in His hands”

Text Size



Beatitudes – Matt. 5 : 3-12.
Prédication de Duurt Sikkens
 
 
 
Bonjour frères et soeurs. Un jour, j’ai vu un reportage à la télévision sur une famille chrétienne
qui avait adopté un petit garçon. Cet enfant disait : « Je ne crois pas en Dieu. » Ses soeurs lui
répondirent : « Si tu ne crois pas en Dieu, tu iras en enfer. »
 
 Dans nos milieux aussi, on entend ce genre de déclaration. Les chrétiens disent : « Si tu ne te
convertis pas, tu seras perdu pour l’éternité. »
 
Cependant Jésus a dit : Je suis venu pour sauver ce qui était perdu. Jésus avait une autre
mentalité. Aujourd’hui, je voudrais vous poser la question : « Jusqu’où va votre
miséricorde ? »
 
Je vais en parler à partir d’un texte très connu de l’évangile de Matthieu : les béatitudes.
 
Le mot ‘béat’ signifie ‘bienheureux’. Il est dit aussi de Dieu qu’il est « bienheureux »
 
Le terme grec pour bienheureux est ‘makarios’.
 
Je vais relire ce texte à partir de Matthieu 5 :3 :
 
‘Bienheureux les pauvres en esprit, car c’est à eux qu’est le Royaume des cieux. Bienheureux
ceux qui mènent deuil, car c’est eux qui seront consolés. Bienheureux les débonnaires, car
c’est eux qui hériteront de la terre. Bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car
c’est eux qui seront rassasiés. Bienheureux les miséricordieux, car c’est à eux que
miséricorde sera faite. Bienheureux ceux qui sont purs de coeur, car c’est eux qui verront
Dieu. Bienheureux ceux qui procurent la paix, car c’est eux qui seront appelés fils de Dieu.
Bienheureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice, car c’est à eux qu’est le royaume
des cieux.
 
Vous êtes bienheureux quand on vous injuriera, et qu’on vous persécutera, et qu’on dira en
mentant, toute espèce de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous et tressaillez de
joie, car votre récompense est grande dans les cieux. Car on a persécuté ainsi les prophètes
qui ont été avant vous. » Matt. 5 : 3-12.
 
De qui s’agit-il du verset 3 au verset 10 ? Il s’agit des humains en général. Attention : Jésus
dit ici que c’est à eux qu’appartient le Royaume des cieux Et à partir du verset 11, Jésus
s’adresse à ses disciples et Il dit ‘vous’.
 

 
Donc, du verset 3 au verset 10, Jésus répète : car c’est à eux qu’est le royaume des cieux. Ces
versets comprennent toute l’histoire des humains. C’est comme s’il s’agissait des mains de
Dieu qui contiennent toutes les histoires des hommes.
 
Et, nous, nous nous trouvons au verset 11 parce que nous, nous avons déjà le royaume des
cieux.
 
Je peux dire que le royaume des cieux m’appartient parce que je n’ai plus soif, ni faim de
justice. Et je suis déjà pur de coeur grâce au sacrifice de Jésus Christ. Je suis déjà un artisan de
la paix, grâce à l’évangile. Je suis déjà un enfant de Dieu.
 
 
 
Représentons-nous la scène : Jésus est monté sur la montagne, et arrivé là il s’assied sur une
pierre, et c’est de là qu’il parle à ses disciples. Et, c’est comme si, du haut de cette montagne,
il regardait par-dessus ses disciples, vers le monde entier.
 
Jésus a dit souvent : Je suis venu dans le monde. En grec, c‘est le cosmos. Jésus est venu pour
tout le cosmos.
 
 
 
Regardons quelques éléments de plus près : d’abord : les pauvres en esprit. Ces pauvres sont
des mendiants dans la bible. Il leur manque quelque chose. Ils sont dépendants d’autrui.
 
Ils n’ont pas pu se développer spirituellement. Et il y en a beaucoup, des centaines de milliers.
 
Quand nous voyons quelqu’un mendier de l’attention, quelle est notre réaction ? Est ce que
cela nous irrite ou bien allons nous lui accorder de l’attention ?
 
Nous vivons dans la dictature du diable. Il y a des millions de pauvres. Pensons aux enfants
mort-nés, à ceux qui n’ont jamais pu se développer. Pensons aux handicapés physiques ou
mentaux et certains sont doublement handicapés.
 
Pensons aux patients psychiatriques qui sont complètements perdus. Ils n‘ont pas de force
spirituelle en eux, ils ne peuvent pas penser.
 
Pensons aux victimes des dictatures au cours des siècles. Toutes ces personnes qui n’avaient
pas le droit de penser par elles-mêmes. Voilà les pauvres.
 
Il y a ceux qui ont besoin d’aide et de soutien parce qu’ils ne peuvent s’en sortir par eux-
mêmes. Ceux-là, nous pouvons les délivrer d’esprits mauvais et nous pouvons leur donner une
nouvelle vie. Nous avons le royaume des cieux en nous. Partageons le leur. Voilà notre don
aux pauvres en esprit.
 
Et il y a aussi la solitude, celle qui est tuante pour l’esprit. C’est de la pauvreté, c’est terrible
d’être ainsi rentré en soi-même. Comment les aider ? Le visage de Jésus plein de bonté
m’émeut : Il dit que le royaume des cieux leur appartient.
 
A ceux qui ne croient plus en rien, ne leur demandez pas de choisir pour Jésus. Accordez-leur
de l’attention, de l’intérêt. Cela fait déjà beaucoup. Jésus aussi était toujours auprès de ces
personnes. Dans Esaïe 57 :15 il est dit de Dieu qu’Il est auprès des écrasés et ceux dont
l’esprit est abattu. Ceux dont le coeur est saccagé et déchiré, c’est vers ceux-là que Dieu veut
aller. Dieu n’a rien à dire aux nantis de cette terre. Dans ce même verset il est dit que Dieu
habite dans le ciel et auprès de celui qui est abattu et dont l’esprit est contrit. Donc, Jésus qui
est l’image du Père, se trouve aussi auprès de ceux qui sont écrasés et qui sont rejetés par la
société. Comme les péagers, les collaborateurs, les prostituées. C’est avec eux qu’Il
conversait, quoiqu’en disaient les autres. Il ne se préoccupait nullement du qu’en dira-t-on.
Jésus cherchait ceux dont l’esprit était écrasé, les déçus, toutes ces pauvres histoires
humaines.
 
Au verset 4 il est dit : Bienheureux ceux qui mènent deuil car ils seront consolés.
 
Des millions d’humains pleurent et mènent deuil. Et je ne parle pas de ceux qui se plaignent
trop facilement mais des réellement abattus. Et le mot moderne pour abattu est dépressif.
Dans le texte, il s’agit littéralement de ceux qui mènent deuil. Et le deuil peut être profond.
On ne le chasse pas en chantant. Ce deuil prendra du temps car il faut ‘faire son deuil’. Le
deuil a toujours à voir avec une perte. Dieu peut-Il être en deuil ? Dieu connaît-Il le chagrin ?
Jésus a pleuré. Je me demande si le Père aussi a déjà pleuré.
 
Dans le Psaume 95 :10 il est écrit que pendant 40 ans, Dieu a eu le peuple d’Israël en dégoût
dans le désert.
 
Et dans Genèse 6 : 5 il est dit que Dieu se repentit d’avoir fait l’homme et qu’il s’en affligea
dans son coeur. C’est le chagrin de Dieu.
 
Mais revenons aux béatitudes. Ici il s’agit du deuil de l’homme. La plus grande perte réside
dans la perte d’un être cher, que ce soit un enfant ou un époux, une épouse. Quel chagrin ! La
mort est un ennemi horrible. Mais Jésus a vaincu la mort.
 
On peut aussi perdre son chez-soi et c’est tragique de ne plus avoir d’endroit sûr.
 
Je rencontre plusieurs personnes qui se sont perdues elles-mêmes. Elles ont perdu leur
identité. Et c’est grave. Ces personnes jouent continuellement un rôle pour essayer de se faire
accepter par les autres. Mais on perd ainsi sa propre identité, on n’a plus d’amour propre, de
respect de soi. Beaucoup de jeunes souffrent de ceci. On en a fait un nouveau mot : vol
d’identité. C’est le diable qui fait cela. Il ne veut pas que nous soyons qui nous sommes.
 
Dieu se nomme : Je suis celui qui suis. Et Dieu a voulu créer des êtres qui sont qui ils sont.
 

 
Il y a des tas de gens qui ne peuvent être qui ils sont. Pensons aux victimes des tyrans, aux
victimes de la traite des humains, à tous les exploités de partout, y compris dans notre pays.
 
Pensons à l’histoire de l’holocauste et aussi à l’histoire de l’église, l’inquisition, les
persécutions, les bûchers. Quelle horrible histoire !
 
Et la peur de l’enfer, quel chagrin n’a-t-elle pas occasionné ?
 
Il y a eu tant de personnes endeuillées. Mais, il est écrit qu’elles seront consolées. Et Jésus a
dit que le Consolateur, c’est l’Esprit Saint. Et ce Consolateur est agissant en nous, donc, nous
sommes appelés aussi à consoler.
 
Lisons le Psaume 56 :9. Toi, tu comptes les pas de mon errance. Que pensez-vous de cela ?
Dieu note que nous avons erré. Dieu est tellement miséricordieux qu’ aucun de nos pas ne se
perd. Il conserve nos biographies dans son livre.
 
Et puis encore : « recueille mes larmes dans ton outre » Oui, Dieu va conserver toutes nos
larmes. Et c’est notre consolation parce qu’un jour nous serons consolés jusqu’à ce que ces
outres soient complètement vidées. Justice sera enfin faite.
 
 Parlons de l’injustice des plus forts. Je veux parler des forts qui ne viennent pas en aide aux
faibles. Car si nous disons : Je suis fort dans le Seigneur, alors nous avons le devoir de
soutenir les plus faibles. Et cela peut se faire à tous les niveaux., dans les familles, dans les
situations de travail.
 
Et aussi dans nos églises. Il ne faut pas que là un seul ait tout à dire, et qu’il y règne la loi du
plus fort. C’est affreux.
 
Il y a tant de violence dans le monde ; c’est comme aux jours d’avant le déluge. Et nous, nous
sommes appelés à consoler. Revêtons les malheureux du manteau de l’amour de Dieu.. Nous
avons déjà ce manteau. Donc, recouvrons-les et voyons ce qui se passe alors.
 
 Jésus a prononcé toutes ces béatitudes au sujet des personnes, Les humains seront consolés.
 
 Verset 5 : les doux, les humbles.
 
 Grâce au royaume de Dieu, nous sommes devenus humbles et doux.
 
 Nous sommes réputés pour notre gentillesse dans nos rapports avec les autres. « Apprenez de
Moi car Je suis doux et humble de coeur. » disait Jésus. Mais il y a sur terre beaucoup de
personnes douces et humbles de coeur. Sans doute en connaissez-vous.
 
Nous sommes héritiers d’un royaume céleste. Et Jésus dit des doux qu’ils hériteront la terre.
On ne peut pas imaginer de meilleurs rois ou présidents : des doux.
 

 
Penseriez-vous à écrire dans un C.V. qu’en plus de vos formations et diplômes, vous êtes
doux et humble de coeur ? Est-ce que ceci sied à quelqu’un qui a des ambitions ?
 
Non, n’est-ce pas ? Les doux ne comptent pas dans ce monde.
 
Dans Luc 16 :15, nous lisons que ce qui est élevé aux yeux des hommes est une abomination
pour Dieu. Dieu préfère ce qui est humble et bas.
 
Et ceci vaut pour tous les hommes. Aussi pour ceux qui ne croient pas et qui ne fréquentent
pas l’église. Quelles étaient les convictions religieuses du bon samaritain de la parabole ?
Bonne question, n’est ce pas ?
 
Les doux ne sont pas des dominateurs. Ce sont des gérants. Ils seront employés dans l’avenir ;
ils hériteront la terre. Celle-ci ne peut être en de meilleures mains.
 
 Verset 6 : ceux qui ont faim et soif de justice. Combien y en a-t-il ? De plus en plus parce
que la violence augmente. Alors ces personnes disent : où est la justice ? Je veux qu’on me
fasse justice. Pensons aux combattants pour les droits de l’homme. On les abat. Voilà le sort
de ceux qui combattent pour la justice. Ils sont maltraités et tués. C’est terrible.
 
Pourtant ils ont droit à une justice. Eh bien : ils seront rassasiés. Oui, moi je suis déjà rassasié
de justice, enfin, enfin, depuis que je connais le monde de pensées du Père. C’est tellement
beau. Quand quelqu’un nous vole notre pantalon, donnons lui aussi notre chemise. C’est
Jésus qui l’a dit ! L’injustice ne nous atteindra plus parce que notre justice est intérieure.
Jésus aussi avait cette justice. On lui a tout pris, y inclus ses vêtements. Cela n’a pas
traumatisé Jésus. Pourquoi ?
 
Les assoiffés de justice seront rassasiés. C’est nous qui leur donnerons la justice de Dieu. Et
là où ils ont été bafoués, cela sera réparé.
 
Pensons aux prophètes. Ceux-ci ont supporté tellement d’injustices. Comment ont-ils pu les
supporter ? Ils ont dû avoir un secret en eux-mêmes.
 
Jésus a été crucifié, Lui, L’innocent. Jean, sur l’île de Patmos a probablement été grillé.
Pierre a été crucifié la tête en bas. Et tous ces prophètes de l’Ancien Testament qui ont subi
tant de cruautés. Et cependant, quelque chose de plus fort était en eux, quelque chose qui les
maintenait debout.
 
Pourquoi a-t-on condamné Jésus ? A cause de la loi ! Dans Jean 19 :7 les juifs disaient :
« Nous nous avons une loi, et selon cette loi il doit mourir parce qu’il s’est fait Fils de Dieu. »
 
 Et ceux qui sont morts, où sont-ils ? Ils sont dans le royaume des morts. Ont-ils reçu là leur
justification, leur récompense, leur consolation ? Non, mais un jour ils seront rassasiés.
 

 
Toute la création soupire et gémit et elle attend. Elle gémit à cause des douleurs de
l’enfantement. Parce que des personnes qui ont le Royaume des Cieux en elles naissent et
elles peuvent consoler et donner de la justice.
 
 Verset 7 : pensons à tous les miséricordieux, ceux qui sont compatissants. Et il y en a
beaucoup. Nous connaissons tous des personnes qui s’occupent des plus démunis. Ces
personnes ont vraiment de l’amour en elles. Peut-être qu’elles ne croient en rien, mais elles
sont si compatissantes. Elles aiment leur prochain. A elles, miséricorde sera faite. En ont-
elles besoin ? Oui, finalement oui.
 
Il y a tellement de personnes qui font du bien. J’ai vu un reportage à la télévision où une dame
de la noblesse avait des titres comme baronne et d’autres titres. Mais cette personne était
lucide ; elle disait : ces titres ne sont rien, je les ai simplement hérités. Le seul titre que
j’aimerais avoir c’est celui de : être humain bon. Ne trouvez-vous pas ceci magnifique ? Je
trouve que cette personne a tout compris : il faut être un bon prochain. . Oui, à ceux là,
miséricorde sera faite. Jésus appelle cette catégorie de personnes : mes brebis. Il dit : ce sont
mes brebis mais elles sont dispersées. Même si elles sont mortes sans connaître l’évangile : il
leur sera fait miséricorde parce qu’on leur dira : Soyez les bienvenus, vous les
miséricordieux, parce que le Royaume des cieux vous appartient.
 
 Pensons aux purs de coeur (verset 8) …car ils verront Dieu. Ici, on parle des humains du
monde parce que nous, nous voyons déjà Dieu, mais eux pas encore. Il s’agit des personnes
qui veulent mener une vie pure, très consciencieusement. Elles pourraient même servir
d’exemple à beaucoup de chrétiens.
 
 Ceux qui ont le coeur pur : c’est magnifique. Ils sont honnêtes. J’ai toujours apprécié cette
qualité même avant de connaître le Seigneur. J’enseignais et je voulais être tout-à-fait sincère
et honnête envers mes élèves. Et lorsque je faisais une faute, ils avaient le droit de me le faire
remarquer . Ensuite j’essayais me corriger. C’est un principe fondamental pour moi. Plus
tard, j’ai eu un collègue qui faisait exactement la même chose. Pourtant il était athée. Nous
avions donc quelque chose en commun. Je pense maintenant que quelque chose de
merveilleux attend cet homme : il va voir Dieu ! Nous avons beaucoup à offrir ! Les coeurs
purs : ce sont de belles personnes, pures dans leurs pensées. Elles sont pures comme Adam et
Eve, qui eux aussi étaient purs. Quelle belle déclaration de Jésus : Ils verront Dieu un jour,
dit-Il à ses disciples.
 
Et que dire des artisans de paix (verset 9) Et je ne parlerai pas des situations politiques mais
des artisans de la paix.
 
Un psychiatre disait un jour : « Si je n’aimais pas mes patients, ma thérapie n’aurait aucune
valeur. » Aimer les gens : voilà ce qui apporte la paix.
 
Sommes-nous en paix avec nous-mêmes ? Le sommes nous réellement ? Sommes-nous
satisfaits de nous-mêmes comme Dieu l’est ? Les artisans de paix sont ceux qui nous
confirment dans notre identité de sorte que nous devenions en paix avec nous-mêmes. Ces
artisans de paix seront appelés fils de Dieu. Mais, moi, je suis déjà enfant de Dieu et c’est
moi qui les appellerai : fils de Dieu. Car ils sont de bonne facture, ces gens qui nous
confirment, qui sont simplement heureux de qui nous sommes. Et peut être qu’ils ne croient
en rien, peut être qu’ils ne comprennent rien à la bible. Mais ils nous confirment dans notre
existence.
 
 La paix, c’est aussi la réconciliation. Etes-vous réconciliés avec vous-mêmes ? C’est
important parce que c’est le début de la paix. Réconcilier, c’est réunir. Peut être sommes nous
divisés à l’intérieur. J’ai entendu quelqu’un dire : je suis composé de morceaux de doute,
mais, heureusement, ma femme me tient ensemble.
 
Ceci est désarmant. C’est misérable d’être composé de morceaux, mais ces morceaux ont un
lien . Et quand on a le coeur en morceaux, il doit être réuni afin de redevenir un tout. C’est
cela, la paix, le shalom.
 
Verset 10 : heureux ceux qui sont persécutés à cause de la justice. J’ai déjà dit que les
militants pour les droits de l’homme, ceux qui combattent pour la justice sont souvent
persécutés. Comme médecins sans frontières, qui opèrent et soignent tous, amis ou ennemis,
combien de fois ne sont ils pas persécutés, pris en otage, enlevés et fusillés ! Là, on voit
clairement que le diable existe. Mais, le royaume des cieux est à eux. ! Ils ont donné leur vie
pour une bonne cause. Ce sont des candidats pour le royaume des cieux. Ce sont eux ! La
miséricorde de Dieu est infinie. Nous ne pouvons pas en mesurer la largeur ni la profondeur.
 
 Toutes ces béatitudes, toutes ces paroles consolantes sont dites au sujet des hommes de la
terre. Quand, finalement, les livres seront ouverts, ce sont les livres où sont inscrits les
biographies des hommes, nous les jugerons (voyez Apocalypse 20).
 
Et la dernière béatitude est adressée aux disciples. Jésus les regarde et dit : Heureux êtes-vous
lorsqu’on vous insulte, qu’on vous persécute et qu’on répand faussement sur vous toutes
sortes de méchancetés à cause de Moi.
 
Jésus a déclaré bienheureux tous les autres qui ont subi des insultes, des persécutions, des
mensonges. Mais, dit Il, vous, mes disciples, vous êtes heureux pour une autre raison.
 
Si, nous les disciples subissons ces outrages, nous sommes bienheureux. Nous devons être
heureux .Non pas si nous souffrons comme voleurs parce que ce n’est pas une souffrance à
cause de Christ. Il se peut que nous devions supporter les conséquences de nos propres actes
mauvais.
 
Mais, si nous devons souffrir à cause de Jésus Christ, heureux sommes nous !! Ceci n’est pas
évident.
 
Si on ment à notre sujet ou si nous sommes accusés injustement, comment réagissons-nous ?
 
Sommes-nous tout de suite sur la défensive ? C’est une question cruciale. Sommes-nous
fâchés ou restons nous bons ?
 
 Regardons Jésus : Il a été si souvent accusé faussement. Et les apôtres aussi. Et on s’est
tellement moqué de Jésus. Parce qu’Il se disait le Messie.
 
On se moque beaucoup de Dieu aussi. Dans les spectacles humoristiques, on ne s’en prive
pas.
 
Jésus a été accusé injustement.
 
Mais, nous, comment réagissons nous ? Si nous avons toujours de bonnes intentions, si notre
conscience est en ordre et si on nous accuse de choses que nous n’avons pas faites, que ce soit
à propos de l’évangile ou pas, est-ce que notre intégrité reste bonne ? Notre intégrité nous
maintient debout. C’est notre intégrité qui sera jugée.
 
Comment sommes-nous dans le monde ? Quel genre de voisins sommes-nous ? Quels
employés ou quels employeurs sommes-nous ?
 
Et il s’agit de ce que nous sommes vraiment, pas de ce que nous voulons paraître. Ne nous
efforçons pas toujours de soigner notre image. C’est de l’énergie perdue. Mais soyons qui
nous sommes.
 
Dans Actes 3 : 21, nous lisons « jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses », en
grec : c’est ‘apocatastasis’ et ce mot ne revient qu’une seule fois dans la bible.
 
Donc, un jour, toutes choses seront rétablies, restaurées. Et ces choses concernent les
hommes. Tous les hommes seront rétablis. Les perdus seront recherchés. Et tous les sujets de
nos chagrins, de nos deuils, de nos privations, tout sera recherché et tout sera trouvé ! C’est
magnifique, c’est ce qu’il y a de plus beau : toutes choses ! Voilà qui doit élargir notre vision.
En consultant le dictionnaire, j’ai lu que cela signifie : le retour à la situation originelle. Cela
me touche au plus profond : Comme c’est beau, mon Dieu. Le retour à la situation originelle !
Voilà ce que fait notre Créateur et Recréateur.
 
Dans l’évangile de Jean 5 : 28, nous lisons : « Ne vous étonnez pas de cela ; car l’heure vient
en laquelle tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, et ils sortiront «
 
Tous ces sépulcres, ce ne sont pas les tombes du monde entier, mais c’est le royaume des
morts. Et la voix de Jésus, ils l’entendront par notre bouche. Oui, parce qu’à la fin du règne
des mille ans, nous aurons les clefs de la mort et du royaume des morts. Il s’agit de milliards
de personnes qui se lèveront, les bons et les mauvais, car nous aurons ouvert les portes qui les
emprisonnaient dans le royaume des morts. Leurs souffrances seront passées. Nous les
consolerons de toutes leurs blessures. Et nous sommes capables de consoler parce que nous
avons le Consolateur en nous.
 
Des myriades d’humains sortiront de la mort et entreront dans le royaume des cieux.
 
Nous, nous sommes déjà inscrits dans le livre de Vie. Nous ne serons plus jugés. Et, comme le
dit Paul, nous jugerons le monde. Lisons-le dans 1 Corinth 6 :2. Cela se passera au jugement
dernier. Celui-ci a été dépeint d’une façon lugubre avec des images épouvantables : le
jugement dernier, le purgatoire, l’enfer. Et pas la moindre miséricorde.
 
Pourtant, il est écrit : ils sortiront. Enfin, ils pourront sortir après des siècles
d’emprisonnement. Ceux qui auront fait le bien seront déclarés bienheureux. Et ils recevront
la vie éternelle. Quand ils demanderont : « Qu’avons-nous fait pour mériter cela ? » On leur
dira : Qu’importe, vous avez été bons. Vous avez souffert : venez maintenant. A d’autres :
vous n’avez vécu que quelques heures : venez. Tous ceux qui ont été bafoués, meurtris,
opprimés : soyez ressuscités pour la vie éternelle.
 
Quant aux mauvais, ils seront jugés. Nous pourrons juger le monde, c’est-à-dire découvrir
toutes ces biographies. Et nous dirons : pauvre humain, comme tu as souffert. Entre dans le
Royaume de Dieu. C’est beau n’est-ce-pas ? Aspirez-vous aussi vers ce jour ? Le jour où
nous pourrons déclarer bienheureux tous ces gens ? Cela nous fait devenir moins égoïstes et
plus préoccupés de notre prochain. Pensez à ces choses. C’est important.
 
On a dit de Jésus qu’il est le Roi des rois, et le Seigneur des seigneurs. Nous sommes ces rois
et ces seigneurs. Et on peut aussi appeler Jésus le Juge des juges car un jour nous jugerons.
 
 Comme ce sera merveilleux de déclarer bienheureuses toutes ces personnes, de les rendre
heureuses, de les consoler. Nous pourrons les écouter raconter leur histoire tragique et nous
essuierons toute larme de leurs yeux. C’est à nous qu’incombera cette tâche. Le champ de
vision de Dieu est infiniment large comme sa miséricorde. Il contient toute la création, le
monde visible et l’invisible. Toute cette création attend et soupire après ce jour ; ce jour où la
gloire de Dieu sera manifestée en nous.
 
Avant cela, nous connaîtrons la souffrance parce que nous avons un ennemi horrible, et des
douleurs de l’enfantement précèderont chaque réalisation de promesse, comme la naissance et
la manifestation de Christ en nous.
 
Restons ardents d’esprit, patients dans l’oppression, parce que Dieu a mis Son espoir en nous.
 
AMEN.
 
 
 
PRIONS :
 
Père, apprends-nous à être comme Toi : miséricordieux et bon, afin que Ta volonté soit faite
et que Ton règne vienne.
 
Amen.