Thursday, August 22, 2019

“He’s got the whole wide world in His hands”

Text Size



Que  ta volonté soit faite. Matthieu 6 :9-13.
Duurt Sikkens
 
 
Je voudrais aujourd’hui vous entretenir d’un passage bien connu, il renferme beaucoup de choses.
Lisons d’abord.
 
Jésus dit: “Priez ainsi”. Il veut dire: “Dans cet esprit”.
Parce ce que, si tu rabâches, si tu t’imagines qu’en parlant beaucoup tu te feras mieux écouter, cela ne fonctionne pas. Il s’agit du monde de la pensée du Fils de Dieu et de ses frères et sœurs. C’est nous.
 
Notre Père qui est aux cieux,
que ton nom soit sanctifié;
que ton royaume arrive; que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien; et pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, mais délivre-nous du mal. Car le royaume et la puissance et la gloire sont à Toi pour l’éternité. Amen.
 
Avant tout, reprenons quelques notions. Ce “notre” réfère à tous les croyants de tous les temps, Jésus  inclus.
 
“Père”. Jésus fut le premier à employer souvent la notion de “Père”. Qui dans l’Ancien Testament nommait Dieu ‘Père’ ? Personne. Ils n’osaient pas. Aurait-ce été possible ? Certainement. Cela se trouve dans Jérémie 3:19. En soi, déjà un texte magnifique. Il y est écrit que Dieu dit: J’avais pensé que vous m’auriez appelé “Mon Père”. Que pensez-vous de sa réflexion? Oui, en effet, nous sommes nés de Lui. Dieu est esprit. Si Dieu est esprit et si tu es né de Lui, qu’es-tu alors? Dans ce cas, tu es aussi esprit ou spirituel. Nous nous mouvons dans le monde des esprits, le ciel. En effet, il est très important que tu en sois conscient. Car aujourd’hui, je parle au monde naturel, je regarde le monde visible. La bible appelle cela: la chair.
 
Que ton nom soit sanctifié. Nous en avons déjà parlé. Dépouillé de toutes les propriétés déplacées que l’on a attribuées ou collées au nom de Dieu, même celles du Diable. Par exemple la maladie et la mort. Dans ce cas-là, on se fait une image très incorrecte de Dieu.
 
Que ton royaume arrive. Nous avons déjà parlé de ce texte par rapport au Psaume 139. Le royaume commence comme un embryon dans l’utérus, au sein de la communauté, la femme. Cela s’appelle “Le Christ en nous”. C’est cela :“que ton royaume arrive”.
 
 Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien.
 
Cela ne réfère pas au banquet de Noël. Ton pain quotidien est ce qui te nourrit ? C’est donc la manne céleste, pour toi-même et pour les autres. Oui, dans ce cas, tu peux distribuer ton pain. La manne céleste est donc cette nourriture spirituelle, pas ta quotidienne tranche de pain.
 
Pardonne - nous nos offenses.
Comment vais-je pardonner, se demande Dieu ? Fais comme moi , tu lui réponds. Autrement dit: Dieu pardonne comme toi tu le fais. C’est cela qui se trouve écrit. On en a déjà beaucoup parlé. Et maintenant – et c’est de cela qu’il s’agit aujourd’hui –
 
Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Sur cette phrase, on a écrit des livres entiers. Je vais essayer de l’expliquer quelque peu. Qui parmi vous, se souvient encore de l’emploi  du subjonctif? Vous l’employez quand vous dites: que Ton royaume arrive, que ta volonté soit faite, que Tu sois sanctifié. Ou dans des expressions telles que : qu’ils reposent en paix, que Dieu ait son âme. Le subjonctif traduit souvent un souhait ou un encouragement. En hébreu, on emploie souvent le subjonctif. Cela me donne à réfléchir. Je ne trouve pas cela tellement évident, il faut y réfléchir à deux fois. Dans le dictionnaire on explique que le subjonctif sert souvent à exprimer un encouragement. ‘L’encouragement’, c’est la notion centrale de mon sermon, ce matin. Un encouragement, oui, un désir. De qui ? De la part de Dieu. Tu sais, je voudrais même appeler l’Ancien Testament le livre des désirs, le livre  des désirs de Dieu. Et ensuite, nous pouvons appeler la Nouvelle alliance, le Nouveau  Testament, le livre de l’accomplissement. Car Jésus est venu pour accomplir les désirs de Dieu. Qu’en pensez-vous ? Pouvoir accomplir les désirs Dieu ! Il a de si profonds désirs, et cela depuis la fondation du monde. Son plus profond désir est de fréquenter les hommes. Un jour, j’ai demandé à Dieu: “Quel est le sens de Ton existence?” C’était à un moment où je l’avais difficile et je voulais le savoir de Lui-même. Et l’Esprit m’a nommé trois mots: “Toi, Vous, Nous”. Qu’en dites-vous? On peut en parler à l’infini. Il voit d’abord l’homme individuellement, ensuite comme groupe, les hommes, l’humanité et finalement, il dit  timidement : Nous. Vous avez donc là votre Père, et c’est Lui qui est le sens de notre existence. Son Cœur va toujours vers les hommes. Il  se trouve donc écrit : Que Ta volonté soit faite. Quant à cette volonté du Père, on constate qu’au courant des siècles, on a bien manipulé cette notion. Dans le texte grec ‘volonté’ n’exprime pas une exigence dans le sens de : je veux que tu fasses cela ! En effet, on ne se conduit pas de cette façon-là avec ceux qu’on aime.
Je n’aime point que l’on manipule la volonté de Dieu. Faire ‘la volonté de Dieu’ est une expression qui exprime le bon gré, le plaisir de quelque chose qui plaît, quelque chose qui procure de la joie. Connais-tu le texte du livre Apocalypse où est dit « que tout a été créé par sa volonté ». Là, tu peux carrément le lire comme: “pour ton plaisir”. De cette façon, tu attrapes un autre regard sur le mot VOLONTE. Sinon, tu y ressentiras toujours quelque chose de menaçant. Dieu a donc tout créé selon son bon plaisir et il prend  aussi grand plaisir à tout recréer. Cela procure quelque chose d’agréable à l’homme. Quant à cette déformation de la volonté de Dieu dont je viens de parler, j’entends par là que certaines personnes croient savoir exactement ce que Dieu veut et ce qu’Il ne veut pas. On en connait, non ? Par manque d’arguments, ils usurpent la volonté de Dieu en voulant donner plus d’autorité à leurs propres paroles. Mais cela ne convainc pas! Cette manipulation de la volonté de Dieu ne réfère à rien du tout. Ou bien, ils ont une certain besoin d’aventure qu’ils transforment en désir d’évangélisation. Ils partent au Jémen ou dans un autre pays, croyant répondre à la volonté de Dieu. Et finalement, c’est pour y vivre l’échec. Car, nombreux sont ceux qui reviennent tristes et déçus, ayant cru que c’était la volonté de Dieu. Ces choses sont tellement enchevêtrées. Jésus n’a d’ailleurs jamais été à l’étranger. Il disait: Commencez dans votre propre cercle, c’est là que vous aurez d’ailleurs le plus de résistance. Mais tout simplement par manque de conviction et d’arguments, ils revendiquent la volonté de Dieu pour défendre leur cause. Qui connaît encore l’ancien slogan, si fréquemment employé au cours de l’histoire : “Dieu le veut. » Il fit le tour de l’Europe et ainsi naquirent les croisades. Dans les châteaux, les églises et les cathédrales, on rugissait: Dieu le veut! Que de sang cela n’a-t-il pas coûté! Pensez donc au pratiques affreuses de l’inquisition. Même des Arabes que j’ai récemment entendus à la télé, disent que le traumatisme des croisades joue encore toujours un rôle  dans leur mémoire collective. Finalement, cela revient à dire que les hommes ont une image très fausse et tordue de Dieu. Beaucoup de chrétiens aussi. Il est même question d’une attitude fataliste, car si Dieu veut quelque chose, disent-ils, tu ne peux rien y changer. Dans le sens que Dieu est si grand que sa volonté advient par-dessus tout. Ayez donc un pareil père…
Prenons maintenant le verbe advenir. Que ta volonté advienne : lisez-le comme : que tes désirs se réalisent. En grec, le verbe est formé de la racine GEN. Pensez par exemple à “gènes”, “génétique”,  « génération” ou bien à « genèse », commencement. Un gène contient les caractéristiques héréditaires. Que penses-tu du GENE de Dieu, de son GENE spirituel, de SES caractéristiques héréditaires ? De la semence de Dieu qui les contient toutes ? Un autre mot pour “semence”  de Dieu est sa parole que tu reçois. Si tu veux l’exprimer dans un langage plus distingué, tu parleras de “conception”, car dans ce rapport-ci, l’esprit  humain est vu comme ‘féminin’ et Dieu comme ‘masculin’. Tu reçois le gène de Dieu et à partir de là, une histoire commence à se développer, la tienne. Tu as reçu la semence de Dieu et elle se développe en toi. Tu as reçu la semence de Dieu et elle germe en toi. Donc, ce qui est né de l’esprit, est spirituel, et c’est toi, homme, homme de Dieu. “Enfant de Dieu” signifie que tu descends de Lui. Tu fais partie de sa race. D’ailleurs, le mot “histoire” dans Gen.2:4 est une traduction du mot hébreu Toledot qui signifie en fait “naissance” ou “engendrement”. Il ne s’agit pas de banales histoires du passé, mais bien de l’engendrement de quelque chose de vivant. Sinon, tu ne parlerais pas en termes de naissance et  d’engendrement.  Il s’agit de la naissance du ciel et de la terre et de leur développement. Pense un peu au tout petit commencement dans le sein maternel. A présent, l’échographie nous laisse déjà voir quelque chose de ce tout petit début. C’est à s’en émerveiller. Commencer à exister et à se développer comme un être, une personne unique. Ce sont des images qui parlent. C’est cela, créer, faire apparaître la vie. Et recréer, c’est insuffler une nouvelle vie dans une existence ancienne, redonner vie à l’ancienne création. Car Dieu ne commence pas une chose nouvelle sur une autre planète. Il ne renie pas sa création! Non, Il cherche à nouveau l’homme et commence un processus de recréation. Et cela a commencé avec l’incroyable petite  semence en Marie. Donc, Dieu doit bien avoir une grande foi. Tellement grande qu’Il se met à une recréation totale.
Dans Genèse 15:6 se trouve une expression très ancienne, on la passe facilement. Il est écrit: ‘Abraham eut confiance en Dieu’, et ce qui vient ensuite ferait mieux d’être traduit par: Dieu considéra que la confiance d’Abraham répondit à ses espérances” ,“Il la lui imputa à justice”. Donc, Abraham fit confiance à Dieu, et comment Dieu considéra-t-Il cela? Il dit: Je suis si heureux que tu me fais confiance, car tu réponds à mes espérances. Pas par une foi implacable, dure comme du fer, mais parce que tu me fais confiance que la vie se crée en toi. Et à ce moment vint l’enfant de la promesse: Isaac! C’est beau, non? Dieu a des espérances, des désirs. C’est tellement beau. Dieu éveille le désir en toi. C’est tout de même fantastique qu’il réveille quelque chose en toi !
 Chacun de nous connaît bien cette expérience : tu regardes la misère dans le monde, les larmes te viennent aux yeux, mais que peux-tu faire ? Il y a tellement de misère aujourd’hui. Si tu n’y fais pas attention, tu peux te sentir comme Atlas, le personnage mythique qui devait porter le monde entier sur ses épaules. Devant cette situation misérable, devant des tsunamis de religiosité que l’on appelle à tort des ‘réveils’  et qui en fait ne sont qu’un grand mensonge, Dieu va éveiller et susciter des désirs en toi. Il dit: on peut y faire quelque chose. Tu n’as pas besoin d’être ‘médecin sans frontières’, tu ne dois pas nécessairement partir en Afrique –bien que ce soit permis ! Mais Il te demande: “As-tu le courage de croire que ce que Je fais naître en toi, c’est cela l’essentiel? » Voilà le chemin de Dieu, le plan de Dieu. Il y aurait beaucoup de choses à dire à ce rapport. Tant de gens radotent des choses insensées à ce sujet.  Il s’agit d’éveiller le désir de Dieu dans les hommes en qui il se complaît. Et ensuite regarder ce qui en surgit. C’est son plan et tout cela se passe dans le monde caché, dans l’inaperçu. Oui, qui le croit? Tu veux réaliser le désir, l’attente de Dieu. Faire ce qui  lui est agréable. Pourquoi? Parce que tu es tellement mu de miséricorde. Si tu es quelque peu humain, tu es miséricordieux. Oui, Dieu aussi est comme ça, et Il dit que nous incarnons cette miséricorde à notre manière. Tu ne deviens que miséricorde. Comment trouves-tu cette perspective ? Le mot miséricorde a pris chair en toi. La miséricorde prend forme en ton existence humaine. C’est cela, vivre selon Sa volonté. Et maintenant, le reste de la prière. Tu dois bien le comprendre, sinon tu passes à côté de la signification: “Sur la terre comme dans le ciel”. Sur la terre, ta volonté sera accomplie, comme dans le ciel. C’est bien dit n’est-ce pas ! Chaque homme se trouve spirituellement dans le ciel.. Mais où, de quel côté ? Dans le royaume de la lumière ou dans celui des ténèbres ? Chaque homme. Et chaque homme qui se met à croire, est transféré des ténèbres à la lumière. C’est sûr et certain. Mais en même temps, tu es aussi sur terre.  Avec tes deux pieds ! Et ce que je trouve si beau, c’est que ce qui est  spirituellement en toi, tu peux le révéler sur terre. Dans le ciel, sur terre. Je vais le dire d’une autre façon: le Christ, l’Esprit, habitent en nous sur terre, et nous habitons en lui dans le ciel. Ainsi, le ciel et la terre sont réunis. Il se trouve aussi   une pareille déclaration dans Apocalypse 21:3 “La tente de l’homme est avec les hommes”. Dieu habite dans une tente et cette tente, ce sont les croyants sur terre. Donc, tu peux expliquer la petite phrase “sur la terre comme dans le ciel » ainsi :  ton désir naît, est ‘en devenir’ dans le ciel, et est engendré sur terre”. Quand quelque chose naît, tu peux aussi le manifester. Donc, que se passe-t-il? Ton désir est en premier lieu éveillé dans le ciel, dans ton esprit, c’est le désir de Dieu. Et il naît sur terre. D’abord l’invisible, ensuite le visible.
Connaissez-vous l’expression: mettre un enfant au monde ? C’est beau n’est-pas. Cela aussi a commencé dans le monde caché. De même, grâce à l’homme, Dieu est en train de mettre ses enfants au monde. C’est merveilleux Ce qui est suscité dans l’invisible, se développe dans la femme, l’église, et est ensuite manifesté sur  terre. D’ailleurs, un grand secret se doit aussi d’être gardé       
 Pas de commérages !Si tu ne sais pas garder un secret, Dieu ne t’en confiera pas un non plus. Moi, je l’ai constaté. Le secret le plus précieux , c’est l’affirmation de Pierre  quand il dit à Jésus : ”Tu es le Christ”.  Jésus le regarde  et lui dit :  cela, Pierre, tu ne peux le savoir par toi-même ». Et il y ajoute avec insistance l’interdiction de l’ébruiter. (Matthieu16:16). Quand j’entends donc des gens qui se mettent à crier qu’ils sont ‘les fils de Dieu que la création attend’, je me détourne . Ce ne sont pas ceux-là que j’attends, ce ne sont pas les vrais.
Jésus dit quelque part: «Sais-tu ce que je dis sur terre ? Ce que j’entends dans le ciel. »  Jésus est tellement original qu’il répète ce que son Père dit. C’est cela son originalité. Parce que le Père est original. Il y a de ces gens qui énoncent une idée comme s’ils l’ont conçue eux-mêmes. Il faudra d’abord avoir écouté le Père! Jésus fait ce qu’il a vu faire le Père. Donc, ce qu’il voit dans le ciel, il le fait sur terre et ce qu’il entend dans le ciel, il le dit. Alors que se passe-t-il sur terre? J’espère que je vais pouvoir l’expliquer clairement. Le visible est une image de l’invisible, c’est bien clair n’est-ce pas. Tout le monde connaît cette notion. Mais le visible est aussi la conséquence de l’invisible, car l’invisible était premier et de là est né le visible. Cela se passe dans ton esprit et va se manifester sur terre. Ce que tu vois se passer est un signe, c’est l’ombre d’une réalité qui se trouve plus haut. La réalité de Dieu. Nous appelons cela des signes. Et un signe est toujours signe de quelque chose, d’une autre réalité. Quand je fais un signe de croix, tout le monde sait bien que cela signifie quelque chose. Donc, qu’est- ce que nous apprenons d’abord ? Nous apprenons par exemple à donner à quelqu’un du pain spirituel. Tu nourris l’esprit de quelqu’un, c’est son pain quotidien. Une fois appris cela, les signes suivent ensuite par eux-mêmes. Nourrir les gens de pain par exemple. Le savais-tu ? Jésus fit le signe de la multiplication des pains parce que c’était une image d’une réalité plus haute. Ma parole est multipliée. Mais l’invisible vient d’abord, apprenons cela en premier lieu. Quand tu as appris à ouvrir spirituellement les yeux de quelqu’un, afin qu’il puisse voir quelque chose de Dieu, tu pourras un jour, comme signe, rendre la vue à un aveugle. Cela est aussi valable pour des gens qui ont les oreilles bouchées. Quand tu es capable d’ouvrir leurs oreilles spirituelles, tu pourras plus tard rendre l’ouïe à un sourd. Dans le Plein Evangile et dans les cercles pentecôtistes, ils ont tous commencé du mauvais côté. S’il y avait un signe, c’était  la preuve  que Dieu était avec eux. Mais Dieu travaille en sens inverse.
Et ce qui est beau, c’est que par cette parole, tu peux donner la vie à un homme qui est spirituellement mort, et de ceux-là, il y en a beaucoup. C’est cela, la résurrection des morts!
Parmi tous ces hommes spirituellement morts , tu ressuscites quelqu’un par l’évangile. Car tu as des paroles de vie éternelle ; cette personne les mange et elle va vivre éternellement. Si tu es capable de faire cela, plus tard, tu ressusciteras des hommes de la mort, si tu le trouves important. Mais il ne s’agit pas en premier lieu de cela. Ce sont des signes et cela ne réussit pas toujours, car ce n’est pas ton but final. Jésus nous a prévenu. Il dit : viendra la nuit où personne ne saura travailler. As-tu déjà réfléchi à cela ?
N’est-ce pas beau de rendre la vie à un homme. Je trouve que c’est  ce qu’il y a de plus beau. Nommer son identité, lui donner un nom et lui montrer ensuite qui est Dieu.
 
Nous aimerions bien pouvoir voir Dieu. Jésus dit : regarde-moi. Quelle déclaration ! Ensuite, ils lui disent : donne-nous un signe. Et Jésus répond :  vous avez une fausse idée de Dieu.
Une des plus dures épreuves par lesquelles Jésus a dû passer au moment qu’il pendit à la croix, le corps mordu par la fièvre et par la souffrance, c’est l’injure qu’on lui lança :  Il a mis toute sa confiance en son Dieu, eh bien, que son Dieu le sauve !  Qu’on te lance une telle injure ! Encore maintenant, il y a de ces gens pieux qui  agissent de la même manière. Tu as bien mis ta confiance en Dieu, non ?  Et les bigots font appel à ton sens de culpabilité.
Comme il est alors important de pouvoir discerner les esprits, surtout dans le domaine des soins pastoraux.
Où est vaincue la mort? Où? Dans le ciel. La mort spirituelle est vaincue. Plus tu te le réalises, plus tu saisis  aussi que la mort terrestre en est une image. La mort est vaincue dans le ciel, dans l’esprit, donc aussi en nous. Ce n’est pas rien! Jésus y a pourvu, car il savait quel impact elle avait sur l’homme. ‘ Mort’ signifie en hébreu que tu es séparé de la vie. Quelqu’un a coupé le lien entre Dieu et l’homme. C’était cela la mort spirituelle. Car, lorsque Adam et Eve mangèrent de l’ arbre, ils ne tombèrent pas mort, non, ils entrèrent en relation avec un esprit mauvais et par là aussi avec la mort. Où se passent les plus grands miracles? Les plus grands miracles ont lieu dans le ciel. C’est là qu’ils se passent. C’est un grand miracle que la mort est vaincue en sorte que les homes puissent être délivrés de l’angoisse de la mort. C’est un grand miracle que toi, un homme temporel, est devenu un homme éternel. Si cela n’est pas un miracle, alors je n’y comprends plus rien. Tu as reçu de l’esprit de Dieu. C’est ce qu’il y a de plus précieux : Dieu est esprit et tu as reçu de son esprit, tu as reçu de son essence. C’est cela cette ‘conception’. Tu n’es plus né dans le péché, tu as reçu cette parole dans l’innocence pure. Quel miracle que tu aies appris à marcher spirituellement, d’abord en prenant la main de quelqu’un d’autre et plus tard de façon autonome. Tu as appris à regarder et à voir. Tu vois beaucoup plus que ce qu’il y a à voir sur terre. Entendre. Tu entends la voie de ton berger. Toutes ces propriétés se développent en toi. Ce que je trouve aussi un grand miracle, c’est l’avenir, il est déjà présent. On parle des puissances du siècle à venir. Paul en parle. Ce siècle, cette période ou ‘eon’ a commencé avec Jésus. Oui, à ce moment-là, Dieu a commencé une nouvelle période de restauration. C’est le siècle à venir et tu y es de pleins pieds. Tu vis l’avenir ensemble avec Lui. C’est vrai qu’il t’arrive certaines choses que tu n’as pas demandées. Des choses misérables. Le point est, comment réagis-tu à cela? Comment parviens-tu à tenir le coup ou, si tu es très fort, à marcher sur l’eau ? Des justes du livre de l’Apocalypse est dit qu’ils se tiennent sur la mer de glace. Les choses leur sont soumises. Si cela n’est pas un miracle, je ne le sais plus ! Ce qui est aussi un grand miracle, et maintenant je parle pour moi-même, c’est que je deviens vraiment qui  je suis. La semaine dernière, je parlais à une sœur dans l’Eglise, et à ma grande surprise elle disait: “Je suis une personne heureuse”. Cela m’a donné les larmes aux yeux, parce que je sais tout ce qu’elle et son mari ont déjà dû subir, et l’épreuve n’a pas encore pris fin. Et la voilà, heureuse. Je trouve cela un miracle. Devenir celui ou celle que tu es, là-dessus il reste encore beaucoup à dire. Que tu ne joues pas un rôle, car celui qui joue un rôle dénie son  être profond. Que tu ne te comportes pas autrement à l’église qu’à la maison.
Jouer un rôle est dangereux, de même que de se laisser pousser à jouer un certain rôle parce qu’on l’attend de toi, parce qu’on t’y confirme. On y est enfermé et on ne parvient plus à en sortir. Regardez Mère Thérèse : à la fin de sa vie, se fut la lutte intérieure. Avec Jésus aussi on a plusieurs fois essayé de lui faire jouer le rôle que l’on attendait de lui.
 
Devenir celui que tu es vraiment, c’est porter ton nouveau nom. Il convient à ton essence. Porte ce nouveau nom, la caractéristique de ton essence, comme un diadème sur ton front. Et ose suivre Jésus, dirais-je. Lui avec le diadème de qui il est réellement et non de ce que les gens ont fait de lui, et toi avec ton propre diadème. Et ces deux se rencontrent. Je trouve cela un des miracles les plus émouvants qui puissent se produire. Le plus grand et le plus beau miracle, aussi pour moi, savez-vous.
Cela me fait penser à la rencontre entre Jésus et Marie-Madeleine après la  résurrection. C’est difficile d’exprimer ce qu’ils ont dû ressentir. Ils s’aimaient tellement. Elle fait une erreur : elle pense que c’est le jardinier. Et pourquoi l’évangéliste Jean raconte-t-il 50 ans plus tard encore cette erreur de Marie-Madeleine ? Parce que c’est une si belle erreur. Jardinier, le plus ancien métier du monde. Adam, ne fut-il pas jardinier ? Elle pensait que c’était le jardinier et Jésus aurait pu lui répondre : tu as raison, je suis le jardinier du paradis de Dieu. Le dernier Adam. Mais bon.
Le plus beau miracle, aussi pour moi, celui qui continue à m’étonner, à m’émerveiller, et dont je jouis aussi, c’est que quelqu’un me trouve son bien-aimé. Au début, il m’était impossible de saisir cela, de pouvoir  croire que quelqu’un pouvait m’aimer. Cela était dû à l’image que j’avais de moi-même. Mais bon, tu es l’enfant bien-aimé de Dieu. Et, dit Paul, son amour reste, il est si stable qu’il peut endurer quelques chocs.
Si tu joues encore un rôle de chrétien, ou même  plusieurs rôles, que sais-je, ou si tu veux jouer le rôle principal, dans ce cas tu ne connais pas ton Père. Je dirais: “descends de l’estrade » et entre dans la réalité de Jésus-Christ qui fait de toi qui tu es réellement. Et tout cela et plus encore, nous le devons à Jésus, l’agneau de Dieu. Pas vrai ?
Est-ce clair  maintenant ?
“Que ta volonté soit faite      “ dans l’invisible », dans l’esprit et de même sur la terre. Il s’agit toujours de choses vivantes.
Occupe-toi donc des trésors invisibles.
 
 
Amen.