Thursday, August 22, 2019

“He’s got the whole wide world in His hands”

Text Size


Je veux etre dans ta maison
Jan Fluit
 
 
 
 
Je voudrais lire avec vous : Luc 19 : 1 à 1O.
 
« Jésus entra dans Jéricho et traversa la ville. Alors un homme du nom de Zachée qui était chef des péagers et qui était riche cherchait à voir qui était Jésus ; mais il ne le pouvait pas, à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut en avant et monta sur un sycomore, pour le voir, parce qu’il devait passer par là.  Lorsque Jésus fut arrivé à cet endroit, il leva les yeux et lui dit :  Zachée, hâte-toi de descendre, car il faut que je demeure aujourd’hui dans ta maison.  Zachée se hâta de descendre et le reçut avec joie.  A cette vue, tous murmuraient et disaient : Il est allé loger chez un homme pécheur.  Mais Zachée, debout devant le Seigneur, lui dit : Voici Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens, et si j’ai fait tort de quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple. Jésus lui dit : Aujourd’hui le salut est venu pour cette maison. Parce que celui-ci est aussi un fils d’Abraham. Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »
 
Cette histoire est très connue et elle a beaucoup à nous dire.
Les histoires de la bible contiennent tant de choses qui sont transposables vers notre vie actuelle, notre propre vie.
A quoi pensez-vous d’abord  lorsque vous entendez prononcer le nom de Zachée ?  Pensez-vous à un concussionnaire, ou à celui qui grimpe dans un arbre, ou à quelqu’un qui désire voir Jésus ou encore à un bienfaiteur ?
Souvent, nous mettons des étiquettes sur les personnes dont nous avons entendu parler. Parfois positives, parfois tout au contraire. Ces images sont souvent conditionnées par les circonstances. Ce qui ne veut pas dire qu’elles soient justes.
 
C’était aussi le cas pour Zachée.  Pour la plupart des gens, il était un individu particulièrement mauvais.  On l’associait à la corruption et la tromperie. Pourtant , son nom signifiait littéralement : pur.  
Mais, seul Jésus le voyait ainsi : pur. Pour tous les autres il était mal intentionné.
Jésus défendrait-il ainsi toutes ces mauvaises actions ?  Non, certainement pas. Mais Jésus a une façon unique de regarder les gens. Jésus ne regarde pas d’abord ce que quelqu’un fait de mal, mais il voit qui est réellement cette personne. Il regarde avec des yeux purs et Il veut que nous apprenions également à le faire.
Même si beaucoup de choses se passent mal, Jésus regarde l’autre avec le désir de le changer complètement.
 
Nous lisons ici que Zachée était petit de taille. Mais quelqu’un peut aussi être petit de taille au point de vue conduite. Comme on peut être grand par les œuvres en faisant le bien ou en construisant quelque chose de positif. Par ailleurs, on peut être petit par la mauvaise conduite, ou par l’infériorité ou le rejet.
Zachée était petit et très riche.
Il avait beaucoup d’argent, mais pas d’amis ; peut être avait-il quelques amis qui chérissaient plutôt son argent mais pas de vrais amis.
Il était donc terriblement solitaire et moralement petit et insignifiant.
 
On peut être constamment occupé à amasser de l’argent, ou à monter dans le rang social ou encore se préoccuper de devenir important. Bref, on peut essayer de s’attirer toutes sortes de choses censées rendre heureux.
Dans notre société, cette quête est stimulée par l’illusion que le bonheur et l’amitié s’achètent. Alors, qu’en réalité, c’est ainsi qu’on perd le bonheur et l’amitié.
L’histoire ne dit pas comment Zachée en est arrivé là.  Mais comment cela arrive-t-il ?  Chacun pourra y répondre pour lui-même. Il arrive qu’on attache de l’importance à des choses qui ne sont pas vraiment importantes et qu’on continue à se préoccuper de choses contre lesquelles Jésus nous met en garde.(Matthieu 6 :19) Ne vous amassez pas de trésors sur la terre… Si nous nous investissons dans ces choses qui nous absorbent si facilement, prenons garde de ne pas aller à la dérive.
 Nous risquons de perdre notre identité, notre bonheur et notre paix.
On voit que des gens sont tellement occupés par des choses matérielles que ces choses  finissent par gouverner toute leur vie. Il se peut qu’il s’agisse de choses agréables qui ne sont pas mauvaises en soi. Mais, au jour du malheur elles sembleront être nulles et vaines alors qu’on y aura consacré tant de temps.
 
Zachée était petit et à cause de cette petite taille, les autres l’empêchaient de voir Jésus.
Peut être sommes nous aussi confrontés à une foule  qui nous empêche de voir Jésus. Peut être est-ce parce que nous pensons être petits et insignifiants. Nous pensons alors que les autres sont grands, intelligents et tellement plus capables que nous .
Nous avons alors une foule de gens ou d’idées reçues qui nous empêchent de voir la réalité.  Nous ne voyons plus la réalité de Jésus et de notre Père et nous ne voyons plus leur amour.
 
J’ai eu une conversation avec un homme solitaire qui était souvent dépressif. Il s’enfermait chez lui et il avait parfois des idées de suicide. Il ne voyait plus d’intérêt à la vie. Pour lui elle n’avait pas de valeur et les autres l’avaient rejeté. La seule chose qui l’amusait encore c’était le jardinage. Mais, comme il pouvait très bien se payer ses légumes, c’était une peine inutile. Il se forçait toutefois à se donner un peu de mouvement.
Il me raconta qu’il lisait beaucoup de littérature sur Dieu.  Mais cela l’amenait à conclure que tout vient de Dieu, le bien et le mal et aussi que tout cela doit avoir un sens.
 
Je lui répondis que je n’étais absolument pas d’accord. Dans Jacques 3 :11 il est dit : « La source fait elle jaillir par le même orifice l’eau douce et amère ? » Cela ne se peut. Ou bien la source donne de l’eau douce, ou bien elle donne de l’eau amère, mais, pas tantôt l’un et tantôt l’autre.
En outre, je ne pourrais pas aimer un tel Dieu, un Dieu qui change d’opinion tout le temps. Un tel Dieu ne serait pas digne de confiance. Il nous demanderait de ne pas faire le mal qu’Il aurait créé par ailleurs Lui-même. Ceci est absurde.
Si, en tant que père d’adolescents, je maudissais et passais mon temps à faire le mal, comment pourrais-je exiger de mes enfants qu’ils se conduisent bien ?  Mes enfants ne sauraient plus à qui se fier et ils deviendraient très instables, incapables de distinguer le bien du mal.
Comment Dieu pourrait-Il nous demander de ne pas faire le mal s’Il en était Lui-même le créateur ?
 
Les gens se font une image erronée de Dieu.  Et, ce faisant, ils se font une image erronée d’eux-mêmes.
Nous avons été créés à l’image de Dieu.
Je prends comme exemple un beau rosier.  Quelqu’un offre ce rosier à un ami afin qu’il le plante dans son jardin. Après quelques mois, il lui demande comment se porte le rosier.  L’ami lui répond qu’il compte le déterrer et le jeter parce qu’il est attaqué par des insectes.
Le donneur dit alors : Au lieu de combattre le fléau des insectes, tu vas jeter le rosier : c’est insensé. Si tu combats ce mal, tu pourras soigner ce rosier et il te donnera à nouveau de belles fleurs.
 
Le rosier, c’est l’être humain. Mais, on n’en voit plus la beauté parce qu’il y a tant de problèmes, il y a tant de choses qui le flétrissent. On ne voit plus en lui l’image de Dieu.  Heureusement Jésus est venu pour aider l’humain à récupérer son aspect originel. Il est important d’avoir une bonne image de Jésus.
 
Zachée veut voir Jésus parce qu’il a entendu des histoires magnifiques à son sujet. Jésus est vraiment différent de tous.  Et il veut connaître plus ce Jésus. Il veut Le voir.  Pour nous aussi il est bon de faire ce choix. Ne pas nous contenter d’entendre des histoires sur Jésus mais  Le voir.
Ne pas se contenter d’opinions plus ou moins exactes comme ce jardinier mais, entendre de Sa bouche qui Il est.
 
Pour voir Jésus, Zachée n’attend pas qu’une occasion se présente. Non, il se met activement à la recherche d’un endroit d’où il pourra Le voir. Et comme il est petit, il grimpe dans un sycomore.  Le sycomore est un figuier sauvage, un arbre fruitier donc.
On peut dire, au figuré, que Zachée sort de son existence solitaire et stérile pour grimper vers une existence féconde pleine de vie et d’avenir.
Dans une figue, il y a beaucoup de pépins, beaucoup de semences. En voyant et en rencontrant Jésus, Zachée reçoit la promesse d’un fruit constant qui servira à la guérison des peuples.
Zachée ne le réalise pas encore pleinement, mais il va vers la guérison, la restauration.
 
Zachée avait probablement choisi cet endroit parce qu’il était discret. Il préférait ne pas être vu par ses concitoyens qui ne l’aimaient guère.
Beaucoup de personnes vivent dans la conviction de ne pas être aimés, ni acceptés.
Souvent, c’est un mensonge, mais ce sentiment d’infériorité est bien réel. Cela m’est arrivé aussi pendant des années. On croit ne pas être aimé de personne. On peut se dire que cela nous indiffère mais, ceci aussi est un mensonge. En réalité, on est cassé et terriblement solitaire.
 
Et puis vient Jésus. Il passe par là parce qu’il est en mission. Il aurait pu passer outre Zachée puisqu’Il avait à faire. Mais Jésus s’arrête et regarde vers le haut. Il laisse de côté ce qui l’occupait et Il s’intéresse pleinement à Zachée. La foule qui voulait aussi Le rencontrer, Lui parler et être guérie par Lui, cette foule sera délaissée pour un moment. C’est Zachée qui est le plus important  pour Lui à ce moment. Peut-être que personne ne voit Zachée, mais Jésus le voit ! Jésus lui dit : Descends vite de cet arbre !  Jésus ne veut pas cette distance. Il ne veut pas seulement être vu, mais Il veut rencontrer Zachée. Cela a assez duré : tout ce rejet et cette solitude, tous ces mensonges et tromperies et ce sentiment d’infériorité.
 
Jésus aurait pu se rendre immensément populaire auprès de la foule environnante en clouant  Zachée au pilori. Il aurait gagné en estime s’il l’avait humilié publiquement. Il arrive que l’on soit beaucoup approuvé lorsqu’on parle négativement d’une personne. Et Zachée était un voleur présumé, le chef des péagers. Ils auraient aimé que Jésus l’accuse et le condamne.
Il n’avait qu’à lui faire la leçon …
Jésus lui dit la vérité, mais une autre vérité, celle qui ne condamne pas, mais celle qui rend libre !
Et il le fait en disant : Je veux demeurer chez toi.  C’était donc le contraire de ce que voulait la foule.
La foule environnante dit : «  Il est entré auprès d‘un homme pécheur. »  Il nous abandonne et il va chez lui. D’autres avaient déjà dit que si Jésus était un prophète, il devait savoir quels péchés avaient été commis par quelqu’un.
Mais, il est passionnant de constater qu’un vrai prophète ne pense pas de cette manière. Le vrai prophète regarde avec les yeux de Dieu. Jésus voyait Zachée et pensait : cet homme est pur et innocent comme la signification de son nom.  Il a perdu cette identité, mais je vais la lui rendre.  Non pas, en lui disant quels péchés il avait commis ; car cela Zachée le savait bien. Mais Jésus veut être chez lui et lui démontrer de l’amour, des soins et de l’attention.
Jésus ne lui a pas dit qu’il devait donner la moitié de ses biens et rendre au quadruple là où il avait spolié quelqu’un.
Ce n’est pas Jésus qui a dit ceci, mais Zachée lui-même.
Une telle décision naît à l’intérieur d’amour et d’amitié, à l’intérieur d’affection et de tendresse.  Lorsque quelqu’un reçoit son dû, c’est-à-dire l’amour de Dieu, et qu’il l’accepte, alors cet humain va faire d’autres choix.
L’argent, qui le passionnait naguère mais qui ne lui apportait pas le bonheur, ne l’intéresse plus. Tout le reste, autrefois occulté, devient visible.
Car maintenant, quelqu’un l’aime, lui pardonne ses péchés, veut demeurer avec lui dans sa maison. Ce Jésus ne s’élève pas mais Il dit : je veux être ton frère, veux-tu aussi être mon frère ?  Je t’aime tant. Ne veux-tu pas aussi m’aimer ?
Ta vie était si aride, mais moi je suis une fontaine de vie !  Je suis heureux de t’avoir rencontré.
Ce n’est plus seulement Zachée qui veut voir Jésus, mais Jésus qui veut voir Zachée.  Et la conséquence en est que tout ce qui était mauvais, est balayé. C’est pourquoi je crois en la libération qui agit de cette façon.
Cette libération n’est pas une affaire de violence, c’est être délivré du diable et de ses mensonges et accusations. Elle se réalise lorsque nous nous plongeons dans la loi parfaite de la liberté, de la délivrance et de la victoire de Jésus Christ sur le mal par son sacrifice.
Cette loi contient tant de vie et d’espoir qu’elle nous rend forts. L’ennemi, le diable, veut toujours nous garder petits mais cela ne lui réussira pas car Jésus lui enlève tous les arguments. Jésus est la preuve vivante de l’amour et de cette façon, Il vainc le diable.
 
Nous aussi, nous avons reçu le droit et le pouvoir de vaincre le diable pour nous-mêmes et aussi pour les autres. Nous ne vaincrons pas en détestant simplement le malin mais en aimant comme le Père nous aime.  Il est merveilleux d’apprendre ainsi à aimer.
De nous-mêmes nous ne le pouvons pas mais Jésus S’est offert Lui-même dans ce but. C’est le plus grand sacrifice jamais réalisé. Il l’a accompli et a vaincu le mal.
 
Nous voyons que Zachée n’a pas traîné avant d’arriver à d’autres pensées. Pourtant il était dans la négation depuis tant d’années. Mais il change très vite. Comment est-ce possible ?  Il a complètement accepté et cru les paroles de Jésus.
Jésus explique ce qui s’est passé ici : Aujourd’hui le salut est venu pour cette maison. Jésus est venu sauver  de la petitesse, du négativisme et des raisonnements du malin.
La vérité de Jésus est plus forte que les mensonges. Si nous l’acceptons, nous accueillons la vie, l’Esprit de Dieu et Sa vérité.
Jésus dit : parce que celui-ci est aussi un fils d’Abraham. Pourquoi Jésus dit il ceci ?
Zachée faisait déjà partie du peuple naturel de Dieu. Il était juif. Mais il croyait en Dieu comme Abraham avait cru et cela lui fut compté comme justice. Comme Abraham, malgré la répression générale, il a cru. Il a cru en les paroles de Jésus, en son amour et sa force. Il ne s’est pas laissé impressionner par la pensée que tous étaient contre lui et que lorsque Jésus repartirait, rien n’aurait changé dans le village. (une fois voleur, toujours voleur…).
Il a vraiment accepté ce que Jésus disait de lui et du Père et cela lui donna une vie nouvelle. A partir de maintenant, cet homme a une autre richesse, une richesse que nul ne peut lui ôter, une richesse dont Jésus est le garant.
 
Comment nous comportons-nous avec les ‘Zachée’ de notre temps ?  Je parle des personnes de notre entourage dont nous pensons qu’elles nous sont hostiles ou qu’elles nous volent.  A nous le défi et le privilège de les approcher avec la mentalité de Jésus.  Apprenons à penser à partir de la vérité et de la pureté. Pensons que cette personne peut être belle et soyons le représentant de Jésus. Ensemble avec Jésus, nous pourrons la conduire vers le Père.
 
Il est bon de penser que tous les humains et  nous avons ce même besoin : l’amour du Seigneur.  Il nous aime inconditionnellement.
 Ensemble, nous l’apprendrons. Le Seigneur nous y assistera et nous pouvons nous aider mutuellement dans ce but.
 
Il y a de l’espoir pour les désespérés et du repos pour les inquiets et de la vie pour ceux qui l’ont perdue.  Et nous pouvons représenter ce salut : c’est un privilège !
Alors nous pourrons voir ce que Jésus voit : de belles personnes, un avenir serein et plein de chances pour la vie.
Pendant notre passionnant périple de découverte, nous allons voir combien bon est notre Père, quels plans merveilleux  Il a et comment nous pouvons L’aider à les réaliser.
Devenons des bons vivants, arrêtons le mal, le chagrin et la petitesse. Appelons la vie à paraître : quel privilège ! Nous allons le faire ensemble.
 
AMEN.
 
 
 
PRIONS :
 
Père, nous nous sentons bien en votre présence et Vous vous sentez bien en notre compagnie. Il est merveilleux de Vous rencontrer et de Vous entendre. Notre relation s’intensifie et se renforce. Nous devenons ainsi de plus en plus humains.
Nous nous bénissons mutuellement avec la paix, la force et la vie.
Merci, Seigneur, vous pourvoyez à tous nos besoins et même plus encore. Merci pour la vie dans toute sa beauté et pureté que Vous nous offrez.  Nous l’acceptons de tout cœur parce qu’elle nous donne le bonheur, la vie , la perspective et l’avenir.

Merci Seigneur parce que vous êtes toujours là.
 
Amen.