Friday, April 19, 2019

“He’s got the whole wide world in His hands”

Text Size


Prêtrise
Message VOX  par Duurt Sikkens
 
 
 
Voulez-vous rechercher avec moi Exode 19.  Que signifie d’ailleurs le mot Exode ? il signifie: issue.  Celui-ci me parle plus comme dans l’expression : «  je vois une issue ».  Mais, ce n’est pas mon sujet aujourd’hui. 
Lisons Exode 19 : 5 – 6 : « Maintenant, si vous écoutez ma voix et si vous gardez mon alliance, vous m’appartiendrez en propre entre tous les peuples car toute la terre est à moi.  Quant à vous, vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte.  Voilà les paroles que tu diras aux Israélites. »
Qu’est ce qui nous frappe dans ces versets ? Quand serons- nous un royaume de sacrificateurs ?  Si nous écoutons !  Le pouvons-nous ?  Et si nous gardons l’Alliance.  Seulement alors, nous serons un royaume de sacrificateurs.  D’ailleurs ‘royaume’ est une jolie expression. Un royaume qui se compose de prêtres.
Je veux parler de la prêtrise aujourd’hui.  Pierre fait référence à ce texte dans sa lettre et dans l’Apocalypse, on en parle quatre fois.  Cela est dit expressément à l’église entière.  Dans Exode cela est adressé à tout le peuple.  La plupart des églises ont expliqué ce texte erronément.  Il s’agit ici de tout un peuple de prêtres.  Chaque individu a cette fonction.  Il ne s’agit donc pas d’un groupe spécial, d’une caste de prêtres ou  d’une élite.  Il ne s’agit pas non plus d’un conseil d’anciens ou de frères qui auraient une fonction sacerdotale ou un ordre de prêtrise.
Dans la traduction de la Septante il y a quelque chose de remarquable : « Vous m’appartiendrez en propre. »  Vous serez un peuple particulier pour moi, spécial, propre, singulier.  C’est un peuple mis à part qui se distingue d’une manière spéciale de tous les autres peuples.  Et pourquoi ce peuple est-il mis à part ?  Parce que Dieu a un plan pour ce peuple. Dieu veut qu’il soit une bénédiction pour toute la terre.   
Le terme hébreu pour ‘prêtre’, c’est ‘cohen’.  Ce mot vient d’un verbe qui signifie ‘être debout’.    Ainsi, ce mot peut être traduit par ‘celui qui est debout devant Dieu’.  Et ceci vaut tant pour les hommes que pour les femmes.    On peut se demander alors : Et que fait celui ou celle qui est debout devant Dieu ?
Le mot grec pour ‘prêtre’ signifie ‘quelqu’un qui  fait des œuvres saintes’.  Dans certaines églises, les prêtres officient dans des cérémonies, des liturgies solennelles avec des prières  préfabriquées.  Ils portent des vêtements sacerdotaux pour se distinguer du peuple commun. 
Cette situation existait déjà aux temps de Jésus.   Jésus aussi était confronté à des groupements de prêtres et ceux-ci étaient ses plus grands ennemis.  
On pouvait être ‘ordonné’ prêtre.  Ceci a commencé dans l’Ancien Testament.  En hébreu, il existe une expression pour  l’ordination ou la consécration , c’est : milé jad. Jad signifie ‘main’.  C’est donc : remplir la main.
Comment se déroulait la cérémonie d’ordination des prêtres ?  Je vais vous la décrire.
D’abord, on sacrifiait deux moutons.  Cela réfère au sacrifice de Jésus. Ce sacrifice comporte deux faces, d’où deux moutons.
Donc au centre du ministère de prêtre, il y a le sacrifice de Jésus.  Si on ôte ce sacrifice hors de l’évangile, on en ôte l’essence même, l’essentiel de notre existence. Pourtant Jésus nous a avertis que cela arrivera  et ce temps  est arrivé.
« Lorsque vous verrez  que l’abomination est dans le cœur du temple, alors les choses vont mal. » Daniel  en parle (Dan 9 :27 , 11 :31 et 12 :11) et  il dit que le sacrifice journalier et perpétuel s’arrête.  Si on enlève le sacrifice qui vaut pour l’éternité, alors les hommes ont enlevé le cœur de l’évangile.
Donc, on abattait deux moutons  On en prenait un peu de sang  dont on aspergeait tout autour.  C’était une action symbolique.  On prenait un peu du sang dans une coupe et on touchait les personnes qui devaient être consacrées.  On les touchait au lobe de l’oreille droite, au pouce de la main droite et au gros orteil du pied droit.  Pourquoi toujours à droite ?  Parce que la droite signifie également le droit, la justice.  Nous avons une belle expression dans Ecclésiaste ch. 10 v. 2 : «  le cœur du sage l’incline à sa droite, et le cœur de l’insensé à sa gauche. »
Ne reprenez pas cette expression en politique … Mais elle contient une signification profonde.  L’esprit du sage l’incline à sa droite,  c’est-à-dire vers quelque chose qui est juste.
Pourquoi l’oreille ?  La réponse est simple. Il faut avoir des oreilles pour entendre ; des oreilles spirituelles pour entendre Dieu et aussi pour entendre ce que l’Esprit dit aux églises. Il faut aussi pouvoir écouter les hommes.
Certaines personnes ne peuvent vraiment pas écouter parce qu’elles racontent toujours leur propre histoire.  Elles répètent toujours : « moi aussi. »
Pouvons –nous vraiment écouter ?  Il faut parfois écouter à travers les paroles des gens.
Et le pouce droit, il réfère aux actes. Nos actions, nos œuvres saintes.  Plus tard, nous parlerons des actes des apôtres.  Pas, de leurs méditations, mais de leurs actions. Car tout le monde peut prêcher, mais agir …
Et l’orteil du pied droit ?  C’est le zèle pour aller raconter l’évangile.   Que mettons-nous aux pieds ?  Jésus disait à ses disciples lorsqu’Il les envoyait : «  ne prenez pas de porte-monnaie, mais mettez des sandales aux pieds. »  Connaissez-vous cette expression de Jésus ?  Si on a des sandales, c’est qu’on est un homme libre parce que les esclaves marchaient pieds nus.  C’était ce qui les distinguait.  Montrez que vous êtes des hommes libres et non plus des esclaves !
Ensuite, on oignait les prêtres d’huile. On versait l’huile sur leur tête. Voyez le Psaume 133.  Pourquoi sur la tête ?  Parce que c’est une image du baptême du Saint Esprit.  Il coule sur nos pensées afin que nous soyons imprégnés des pensées de Dieu et cela ne se fait pas en une seule action.
S’enrichir dans le monde des pensées de Dieu est un processus lent. On y réfléchit, on le médite.  Et, petit à petit, on se remplit de l’Esprit de Dieu.  Etre rempli de l’Esprit de Dieu signifie être rempli de Son monde de pensées.  C’est la seule façon d’écraser le monde de pensées du malin.
Et c’est un processus lent mais aussi magnifique.  Il nous est demandé de marcher selon l’Esprit saint.  Et ce n’est pas une compétition.  C’est un dialogue au cours d’une marche, d’une promenade.
C’est à cela que sert le baptême dans l’Esprit Saint.  On reçoit le principe de vie de Dieu en nous. 
Hier, j’ai dessiné un cartoon.  J’ai dessiné un grand mur, épais, solide et j’y ai écrit des mots comme : victoire, joie, force et puissance.  Ne sont-ce pas là les slogans d’aujourd’hui ?  Grand, plus grand, le plus grand ?  Parole, paroles, paroles que tous ces mots … Et à côté de ce mur, j’ai dessiné une toute petite plante qui a deux petites feuilles où j’ai écrit : petite parole.
Pour moi, c’est ceci qui fait la différence entre Babel et Jérusalem ou  entre toutes les grandes paroles d’une part et  d’autre part la vraie  vie qui se développe dans un être humain.
Aux prêtres, on a confié beaucoup, c’est-à-dire les trésors du temple. Mais ces trésors, ce sont ceux qui sont cachés dans les hommes.  C’est ainsi que Dieu nous voit : tels des trésors : Son temple !
 
Et Il nous confie aussi Ses trésors !  Pensez aux soins que nous prodiguons aux frères et sœurs, les prières d’intercession, le pardon des péchés, etcétéra.  C’est ainsi que nous faisons du bon travail dans le temple.  Je sais que beaucoup de chrétiens le font, aussi dans le secret ; Et c’est cela que je trouve magnifique ;  Jésus les a appelés « trésors » et aussi « les mystères de son Royaume ».
Jésus dit aussi que le Père a jugé digne ce petit troupeau d’hommes. Il les a jugés dignes de recevoir les secrets, les  mystères de Dieu Lui-même parce qu’ils peuvent garder des secrets.
Et on le garde secret car on ne le confie qu’aux hommes à qui on peut faire totale confiance.
Cohen signifie qui est debout devant Dieu.  On peut faire ceci de deux manières. D’une part en adorant.  On peut adorer sans fin.  Mais, je me demande si mon épouse apprécierait si je l’adorais tout le temps.  Adorer se dit en grec ‘proskunio’ et cela signifie embrasser.  On ne peut pas faire ceci toute la journée.   Je pense que mon épouse dirait, après cinq minutes : merci bien, mais il faut encore faire la vaisselle, le living doit encore être aspiré et il y a beaucoup de travail dans le jardin.
Pourtant, j’ai l’impression parfois qu’on adore Dieu en répétitions sans fin et je me demande si cela n’a pas un effet soûlant… Dieu dit alors au prêtre : retourne-toi et vois le monde dans la détresse.  Car c’est à cela que Je t’ai appelé.  Je veux que tu voies le monde et lorsque tu regarderas vers cette création soupirante et dans le besoin, tu verras que Je suis derrière toi.  Etre debout devant Dieu implique que Dieu est derrière nous.  C’est pourquoi je trouve cette appellation si belle : celui qui est debout devant Dieu !  Les prêtres sont entre Dieu et les hommes. 
Je vais étendre ce que dit Jean 3 :16 : Dieu aime tant le monde qu’Il donne ses premiers-nés, afin que quiconque les croit ait la vie éternelle. Jésus n’est pas le premier ni l’unique à être appelé à nourrir la création et à lui donner la vie éternelle. Mais nous, premiers-nés, nous aussi avons cette vocation de prêtre. 
Et il n’est pas nécessaire d’aller loin pour cela, notre terrain d’action est autour de nous.  Jésus non plus, n’a pas traversé la terre entière.  Il a commencé par l’endroit le plus difficile : Jérusalem qui était contre Lui. 
Dieu aime tant le monde qu’il t’appelle toi et moi. A nous d’agir, d’écouter et de nous mettre en mouvement.  Nous marcherons au nom du Père et du Fils et dans l’Esprit, qui est leur Esprit.
Pleins d’amour et de miséricorde, nous marcherons faisant le bien.   Car nous avons reçu l’Esprit Saint pour convaincre le monde de péché, de justice et de jugement.  Car, c’est ce que fait l’Esprit Saint.  Et si l’Esprit est actif en nous, nous convaincrons le monde de péché.  Nous prêcherons que le péché est là et que la justice vient de Dieu et que la séparation d’entre les deux, c’est le jugement.  Prêcher est notre travail de prêtre et aussi pardonner.  Pardonner à quelqu’un est une action sainte. Jésus disait : « Tes péchés te sont pardonnés. » Mais, il ne faut pas le dire à n’importe qui. Il y a des personnes qui ne reconnaissent pas avoir péché. A ces personnes-là il ne sert à rien de leur offrir le pardon.  Nous pouvons aussi  annoncer que la mort est vaincue, qu’ils ne mourront plus. De cette manière, nous enlevons le pouvoir au diable. Car c’est le diable qui apporte la mort.
Dans la Bible, les prêtres savaient distinguer ce qui était pur de ce qui était impur.  Certains animaux étaient déclarés impurs et on ne pouvait pas en manger.  Aujourd’hui encore il y a des personnes qui suivent ces prescriptions. Mais Jésus a dit : « Vous êtes purs parce que Je vous le dis. » Et nous, en tant que prêtres, nous avons reçu le pouvoir de dire : vous êtes purs.  Moi-même et mon épouse l’avons fait ; réciproquement d’abord et envers d’autres ensuite. A ceux qui se sentent sales et impurs, vous pouvez déclarer qu’ils sont purs au nom de notre Père.  Quelqu’un qui vient d’être lavé est propre mais ‘pur’ veut encore dire une chose. Cela veut dire : non dilué, sincère, pur ou encore non falsifié .
Notre doctrine aussi peut être falsifiée. Mais elle se purifie de plus en plus.  Calvin a énoncé des dogmes misérables, comme par exemple l’état de pécheur éternel ou la doctrine de la prédestination.  Dans l’église catholique, il y a l’adoration de la vierge Marie.  Il y a aussi le spiritualisme moderne.
Que faisaient encore les prêtres ? Les prêtres enseignaient  la Torah. La Torah n’est pas seulement la loi, c’est plutôt l’enseignement.  Que nous apprend la Torah ?  Elle nous apprend en fait à vivre. Et apprendre quelqu’un à vivre c’est déjà beaucoup !  Il faut aussi expliquer les paroles des prophètes.
Luc 24 :45 dit : «  Alors Jésus leur ouvrit l’intelligence pour comprendre les Ecritures ».
Les prophètes eux-mêmes n’ont pas compris ce qu’ils annonçaient mais, nous le comprenons grâce à l’Esprit Saint, car Celui-ci est un enseignant.  Il nous apprend à lire les Ecritures. Dans Psaume 119 :130, nous lisons : » La révélation de tes paroles éclaire.  Elle donne de l’intelligence aux simples. » Littéralement, il est écrit : « L’ouverture de Tes paroles  illumine. »  L’ouverture signifie qu’on commence à comprendre les paroles de Dieu. Et la lumière est une image de l’amour de Dieu.  Lumière est une parole magnifique.  C’est la plus belle image de l’amour qu’on puisse imaginer.  Nous sommes des porteurs de lumière et d’amour.
Le plus grand commandement c’est celui d’aimer a dit Jésus. C’est le commandement qui englobe tous les autres. « Aimez-vous les uns les autres ».   C’est la seule façon de rendre le Seigneur joyeux. Car on peut prêcher tout ce qu’on veut, louer tant qu’on peut mais Jésus dit : Rendez ma joie parfaite en vous aimant les uns les autres.
 
Nous pouvons aussi offrir le pardon.  Pardonner signifie : jeter au loin.  Lorsque nous disons : « Je te pardonne » cela ne veut pas dire qu’on oublie mais que la faute ne porte plus à conséquence.  C’est comme avec les cicatrices.  Lorsqu’on se blesse, cela fait mal. Puis, la blessure guérit et se cicatrise.  Elle ne fait plus mal.
 Lorsque je décèderai, je me souviendrai de tout ce qui m’est arrivé durant mon existence terrestre.  Ma mémoire ne s’effacera pas mais je n’en souffrirai plus. Jésus avait des cicatrices dans les mains, les pieds et le côté.  Il ne les a pas fait disparaître.  Comprenez-vous pourquoi Thomas voulait les voir ?  Il voulait s’assurer que Jésus n’était pas un magicien mais quelqu’un qui a souffert, qui a des cicatrices mais qui en est ressuscité. Jésus a gardé Son identité.
Le pardon nettoie ; et après le pardon vient  la réconciliation.  La réconciliation avec Dieu. Il n’y a plus de barrière entre Dieu et nous. Cela signifie qu’on peut se donner le baiser de la paix parce que l’alliance est rétablie.
On ne s’embrasse pas quand on ne s’aime pas.  Si on le fait quand même, alors on se trahit. C’est pour cette raison que Jésus disait à Judas : Me trahis-tu avec un baiser ?  Jésus est étonné.  Ne vous donnez jamais de baiser de Judas.
La réconciliation avec Dieu.  Dieu est si heureux quand la relation est rétablie.  Il y a cependant encore un pas à faire.  C’est la réconciliation avec soi-même.  Et ceci vaut bien un prêche entier.  Je dois me poser la question de savoir si je suis réconcilié avec moi-même.  Est-ce que je me trouve bien ou aurais-je voulu être quelqu’un d’autre ? Ou être célèbre par exemple ?  Ai-je encore besoin de l’estime des autres ? De me dire : Regardez-moi et voyez comme je suis original ?  Eh bien, je puis vous dire que toutes les idées originales que j’ai, je les ai reçues ;  j’ai tout appris de mon Père céleste ; c’est vrai.  Si quelqu’un me dit : Quelle belle idée que tu as là, qu’il sache que je l’ai reçue, tout simplement.  Tout ce que nous savons, nous l’avons appris de quelqu’un d’autre comme par exemple que deux et deux font quatre !  Finalement, j’ai tout entendu et appris. 
Mais il ne faut jamais être un autre que soi-même.  Etre soi-même, c’est être un vrai être humain même si cet être est blessé, endommagé. Soyez réconciliés avec vous-mêmes.  Cela m’a pris beaucoup de temps avant de pouvoir dire : « Je suis Duurt Sikkens et cela me plaît ».  Les jeunes ont moins de problèmes avec ceci mais, moi je viens d’une autre époque de pensées.
Dans Apocalypse, les prêtres sont aussi appelés « anciens ».  Etre « ancien » dans une église est devenu une fonction.  Dommage, car toute l’église devrait se composer d’anciens ; je parle de l’église de Jésus Christ.  Les prêtres sont l’Eglise.  L’Eglise entière est composée de prêtres et d’anciens.  Quand est-on « ancien » ?  En néerlandais, ce mot vient d’un verbe qui signifie ‘ nourrir’ ;  donc, un ancien est quelqu’un qui nourrit.  Et cela vaut tant pour les hommes que pour les femmes, pour les frères comme pour les sœurs.  Etre ancien n’est pas une fonction mais une occupation.  Il faut d’abord être nourri soi-même pour ensuite pouvoir ‘nourrir’ et ‘éduquer’ les autres.
Il faut d’abord être éduqué et exercer cette occupation dans l’église et ensuite au dehors. Ainsi, nous nourrirons la création de Dieu. Nous leur donnerons l’eau vive et le pain du ciel. Ces choses sont indispensables pour vivre. Certains ne s’en contentent pas.  Ils veulent en plus quelque chose de fort, de spectaculaire, quelque chose d’attirant.  Pourtant, quand on a vraiment soif, on soupire après de l’eau ; de l’eau pure et c’est tellement bon.
Et le pain suffit aussi. Doit-il aussi être accompagné de toutes sortes de nourritures ? Non, nous n’avons pas besoin d’en faire trop.
Nos cultes n’ont pas besoin de maquillage. Il y eut un temps où on faisait des messes –rock à l’église catholique. On n’y allait pas pour le message, mais pour la musique.  Jésus n’avait pas besoin de cela.
Croyez simplement dans la force de l’eau et celle du pain.
Etre ancien ne veut pas dire être âgé.  Certaines personnes âgées disent des niaiseries.  Moi, je suis septuagénaire, mais je me sens toujours un gamin.  C’est ainsi que je me considère.  Donc, l’âge n’a rien à voir mais plus on est sage, plus on sera un bon ancien ;  Il s’agit d’être sage et de grandir dans cette sagesse afin de devenir un ancien qui est capable de nourrir. 
En tant que prêtre, on est debout entre Dieu et le monde et on fait des actes au nom de Jésus ;  Car si on est uniquement dirigé vers l’église, on est introverti.  On a perdu de vue le but et on devient une secte.  C’est une sorte de consanguinité spirituelle.  Ne perdons pas le monde de vue.  Jésus nous a envoyés dans le monde «  Comme le Père m’a envoyé, Je vous envoie » dit Jésus.  A nous d’aller dans le monde et de lui distribuer la nourriture. Ne soyons pas trop dirigés vers l’adoration uniquement. Recherchons ceux qui sont dignes de l’évangile.  Ce sont d’abord les brebis perdues d’Israël, les chrétiens perdus.  Ce sont ceux qui se sont laissé perdre par la tentation ou par la violence.  Allons les rechercher.  C’est alors que la miséricorde travaille.
 Il ne faut pas intercéder pour le monde car Jésus disait : Je ne prie pas pour le monde, mais pour mes disciples afin qu’ils ne tombent pas dans la tentation et qu’ils gardent la foi. Afin qu’ils continuent à croire dans la Parole que Je suis afin qu’ils restent debout. Jésus prie cela pour nous.  Jésus ne prie pas pour le monde car cela n’a pas de sens.
Certains croient que Marie intercède pour nous.  Cela est faux.  Nous ne devons même pas demander à Jésus d’intercéder pour nous ; Jésus lui-même disait : « Le Père Lui-même vous aime ». Jean 16 :26 : »En ce jour-là, vous demanderez en mon nom et je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous , car le Père Lui-même vous aime. » Nous pouvons nous adresser directement au Père.
On dit que l’Esprit Saint intercède pour nous.  Comment devons-nous nous représenter la chose ?  L’Esprit Saint habite en nous  et de cette façon, nous sommes soutenus par Dieu.  Qu’arrive-t-il alors ?  La Parole convainc.  Allons croire dans la force des paroles que nous prononçons.  Dans Hébreux 1 :3 il est écrit : « Ce Fils soutient toutes choses par sa parole puissante ». 
Nous aussi, nous pouvons croire dans la puissance des paroles que nous prononçons au nom du Père et du Fils.  Jésus a prié afin que nous gardions ce que nous avons reçu. Que nous le tenions fermement.
C’est l’évangéliste Jean qui parle le plus souvent du « monde ». Ce mot revient 60 fois dans son évangile .  Il s’appelle lui-même « ancien » dans une de ses lettres.  Il a pensé que le monde devait être nourri.
Jésus disait : « Je suis venu dans le monde pour …
J’ai été envoyé dans le monde pour… »
Je suis dans le monde comme une lumière…
«  Je suis venu pour garder et aider ceux que le Père m’a donnés ;
Notre travail, c’est de faire comme Jésus.  Et cela ne nous rapportera pas toujours de la reconnaissance, vraiment pas.  Jésus nous a prévenus : Ils vous haïront car ils m’ont haï avant vous.
A un autre moment, Il dit : «  Gardez-vous des hommes. » et encore : « Je vous envoie comme des brebis parmi les loups. « Ils sont capables de me déchirer.  Ils ont tué Jésus et ils ont tué des apôtres. Et pensons aux persécutions.
Nous sommes vulnérables. Quand je regarde les moineaux dans mon jardin, je les vois picorer et puis regarder autour d’eux entre chaque bouchée.  Ils sont toujours sur leurs gardes. Comme c’est intelligent ! Nous pouvons apprendre beaucoup des moineaux.
Etre prêtres, c’est notre travail.  Raconter notre évangile à tous.  Il ne faut pas traîner les gens à l’église mais leur apporter l’évangile.  C’est à eux de décider s’ils veulent se joindre à une église.  Tous les lieux sont bons pour apporter l’évangile.  Lorsque Jésus délivra le démoniaque, celui-ci voulait accompagner Jésus, mais Jésus disait : « Va dans ta maison, vers les tiens et raconte leur tout ce que le Seigneur t’a fait »  Jésus lui refusait-il de l’aide pastorale ?  Non, mais en restant parmi les siens, le démoniaque guéri pouvait être un vivant témoignage pour tous ceux qui l’avaient connu avant. Et quel témoignage ! Jésus savait qu’il pouvait compter sur lui. Parfois, lâcher quelqu’un est plus difficile que le retenir.
N’essayons pas d’entraîner les gens vers notre propre assemblée, mais donnons leur l’évangile.  Ayons le regard porté vers l’extérieur ! Soyons occupés à faire changer le monde à partir du ciel, à partir de Dieu.  Notre évangile vient du haut vers le bas et il tire les hommes du bas vers le haut.  Quel évangile merveilleux !
Ayons des oreilles ointes, des yeux oints, des mains et des pieds oints et apprenons à écouter, regarder, agir et marcher dans le Seigneur. C’est ainsi que nous serons des prêtres. Je pense qu’ainsi la miséricorde de Dieu prend forme en nous.
Car, comment Dieu montre-t-Il qu’Il est bon ?  Il le fait à travers Ses enfants. Et Ses enfants, ce sont ceux qui sont nés de Lui et qui connaissent Ses pensées ;  on peut dire aussi que nous sommes des rois ; mais le mot ‘roi’ vient d’un mot qui signifie ‘enfant’.
Si quelqu’un demande : Dieu, qui es-tu ? Dieu lui dit : Regarde Mes enfants ; demande leur.
Si quelqu’un demande : Où est Dieu ?  Oserons-nous répondre : Ici ? Alors, c’est bien  C’est que la miséricorde de Dieu a pris place en nous, la miséricorde est devenue chair. C’est de cette façon que Dieu Se manifestera.  Sommes-nous miséricordieux ? Aussi envers nous-mêmes ?
Si Jésus dit à quelqu’un « Suis-moi » cela comporte aussi  « comprends mes pensées et suis-Moi dans Mes actes, mes paroles et mon écoute.  Tu as assez dansé et chanté. Va faire quelque chose. Va délivrer quelqu’un de ses péchés. Va rétablir les jardins intérieurs. Remets dans la lumière ce qui était sous la poussière. Suis- Moi dans mes actions, et sois un prêtre qui exécute les pensées de Dieu sur le monde. Ainsi, tu seras un acteur et pas seulement un auditeur.  S’il te plaît, Suis-Moi. »
AMEN
 
Prions :
Père, apprends-nous à remplir notre mission. Par Ton esprit, apprends-nous à devenir des prêtres dans ce monde.  Amen.