Saturday, October 19, 2019

“He’s got the whole wide world in His hands”

Text Size



Le rêve meilleur.Jér. 32 v 40
Prédication de frère T. Van den Hoorn
 
 
 
 
Bonjour frères et sœurs.  Veuillez rechercher avec moi le texte de Jérémie ch 32 v 40.  Ce verset bref et puissant dit : « Je conclurai avec eux une alliance éternelle et je ne me détournerai plus d’eux, je leur ferai du bien, et je mettrai ma  crainte dans leur cœur afin qu’ils ne s’écartent pas de moi. »
Pensez à vous-mêmes lorsque vous lisez ceci : « Je conclurai une alliance éternelle avec vous .  Je ne me détournerai plus de vous.  Je vous ferai du bien et la crainte ou le respect que vous devez avoir pour moi, je le mettrai dans votre cœur de sorte que vous ne vous écartiez pas de moi. »
Je trouve ceci très beau, pour moi-même et aussi pour vous, que vous soyez jeunes ou vieux.
 
Dans les textes de l’ Apocalypse, à partir du chapitre 4, on peut lire qu’une voix, telle une trompette, dit : Monte ici et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite.  Il y a alors un trône dans le ciel et quelqu’un qui y est assis ; dans sa main droite, un livre scellé de 7 sceaux.  Il y a aussi un agneau immolé qui ouvre le livre sceau après sceau.  Et enfin , il voit un nouveau ciel et une nouvelle terre.  Et la voix du trône dit : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes !  Dieu habitera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux.  La mort ne sera plus, ni deuil, ni cri, ni douleur.  Voici, je fais toutes choses nouvelles ; dit le Seigneur.
Soyons donc joyeux car c’est à nous que Dieu dit cela.
Dans Luc ch. 21 v 34 , Jésus nous dit : « Prenez garde à vous-mêmes de crainte que vos cœurs ne s’appesantissent . »
 
 Ma prédication d’aujourd’hui portera sur 3 points :
  1. Les rêves qui ne se réalisent pas.
  2. La souffrance et la peine qui restent
  3. Le rêve meilleur
 
Mon premier point concerne les rêves et c’est très personnel.  De quoi rêvez-vous ?  De quoi rêvons-nous ? Réfléchissons-y.  Que nous soyons jeunes ou vieux.  Les vieux ont-ils encore un rêve ?
Souvent, nous rêvons d’un bon mariage, d’enfants intelligents, d’une bonne santé, d’un peu d’argent pour jouir de la vie ; d’un bon emploi, d’un travail couronné de succès, ou même d’un travail  pour le Seigneur.  Et, nous pensons que c’est la meilleure chose qui puisse nous arriver.  N’est ce pas ?  Nous prions que ces rêves se réalisent.  Mais, si nous nous contentons de tout cela, nous n’aurons pas soif de choses encore meilleures pour le Seigneur.  Nous jouirons peut-être des bénédictions reçues mais pas du Seigneur qui bénit.  Nous ne L’adorerons pas vraiment ainsi.  Et, si nos rêves ne se réalisent pas, nous aurons mal.  Moi, j’ai connu cela.  N’avez-vous jamais vécu combien cela peut faire mal ?  On peut alors adoucir cette peine, l’étouffer un peu en la refoulant par exemple.  On peut se dire : « oui, tout va bien et je continue à prier ».  Et ce n’est pas une mauvaise réaction.  Mais, si c’est une manière de faire taire sa douleur, il y a lieu d’y réfléchir.  Il y a aussi d’autres moyens de se consoler comme, par exemple, travailler dur, sortir beaucoup ou s’imposer une grande discipline.  Mais, le but de la vie n’est pas de combattre la douleur car, nous continuerons à souffrir et nos proches avec nous.  La douleur restera bien au fond de nous-mêmes même si nous essayons de l’étouffer ou de la nier.
 
Continuons avec le point 2 : la souffrance et la peine qui restent  dans cette vie, tant pour moi que pour vous.
En lisant Hébreux ch. 11, on pourrait penser que les rêves des chrétiens se réalisent et qu’ils n’ont pas besoin de souffrir.  Mais, il faut lire attentivement et, au verset 35 et 36, on voit qu’il peut en aller autrement. Lisons : «  d’autres furent torturés et n’acceptèrent pas de délivrance. »  Savez-vous pourquoi ?  Il est écrit : … afin d’obtenir une résurrection meilleure »  Eh bien, cette résurrection peut déjà commencer maintenant et c’est : une vie plus intime avec le Seigneur.
Au verset 36, il est question de moqueries et de fouet, de chaînes et de prison, de lapidation, de scierie, tuerie par l’épée, etc.
Si on vous disait ceci, ne penseriez-vous pas : Non, Seigneur, pas cela !  Epargnez-moi cela !
Et pourtant, l’auteur de cette lettre aux Hébreux témoigne : ils n’ont pas obtenu ce qui avait été promis mais ils ont gardé la foi.  C’est magnifique n’est ce pas ?  Réfléchissez-y.  Quand on voit cela on croit encore davantage.  On découvre qu’au milieu de tout cela, on a soif de plus de la part de Dieu.
Paul a écrit que rien,  ni personne, ne pourra nous séparer de l’amour de Christ  (Romains 8 v 35)  Qui ou quoi nous séparera de l’amour de Christ ?  Rien, ni personne, pas l’épée, pas la détresse, etc.  Nous serons vainqueurs, nous garderons la foi si nous ne nous laissons pas séparer de l’amour de Christ.  Si notre cœur ne s’appesantit pas.
Proverbes 4 v 23 dit : »Garde ton cœur plus que toute autre chose. »  Qu’avons-nous à garder ?  Il y a des personnes qui gardent tout dans le monde visible ou dans le monde invisible.  Mais il est écrit : garde ton cœur PLUS que toute autre chose.  Et veille à ce que ton cœur ne s’appesantisse pas.  Qu’il ne se révolte pas dans la souffrance.  Qu’il ne devienne pas hystérique parce que les problèmes n’en finissent pas.
Dans la souffrance, on peut approfondir sa relation avec le Seigneur. Souffrir est un signal du fait que l’on a besoin, que l’on a soif de plus d’amour de la part de Christ.  Dans cette situation, on a une très profonde soif de Christ dans sa vie.  Une vraie relation avec Lui devient notre rêve profond.
Qui nous séparera de l’amour de Christ dans la souffrance ? Posons-nous la question dans notre situation de douleur. Alors nous ne refoulerons pas la douleur.  Nous ne dirons pas : Je ne souffre pas, je n’ai pas de chagrin.  Mais la peine ne nous séparera plus de l’amour de Christ.  Et nous le remarquerons intérieurement.
 
Paul dit dans 2 Cor. 6 à partir du verset 2 : » Voici maintenant le temps vraiment favorable, voici maintenant le jour du salut » et ensuite : « nous nous rendons à tous égards recommandables comme serviteurs de Dieu par beaucoup de persévérance dans les tribulations, les privations, les angoisses, sous les coups, dans les prisons, les nuits sans sommeil, etc. 
Quel est le rêve de Paul ? Nous le lisons dans 2 Cor. 4 v 17 : « car un moment de légère affliction produit pour nous au-delà de toute mesure un poids éternel de gloire ».
La légèreté de l’affliction : est-elle légère ?  Oui, et en outre elle ne dure qu’un moment.  Mais, elle produit pour vous et moi un poids de gloire qui surpasse tout et qui dure éternellement.
Ne regardons pas à ce qui est visible, mais à l’invisible.  Car le visible est temporaire mais l’invisible est éternel.
 
Paul est proche du Seigneur.  Moi aussi je voudrais être proche du Seigneur dans les situations de souffrance et de peine.  Peut être que nous  en voulons à Jésus de ne pas réaliser nos rêves mais Jésus n’est pas le coupable.  Nous aimerions tant un évangile sans souffrance, une vie sans douleur dans notre vie personnelle et dans nos relations, et dans l’église.  La douleur est néfaste mais l’origine de la souffrance est que les mauvais esprits apportent toujours la séparation. Ils nous séparent de notre désir profond d’amour vers le Seigneur.  Ils nous poussent à rechercher notre joie ailleurs.
Alors d’autres désirs sont suscités et nous pensons que s’ils se réalisent tout ira bien.  Mais , il s’agit de notre cœur !  Il s’agit de notre plus profond désir de Dieu.
Si nous ne « digérons » pas notre peine avec le Seigneur , d’autres désirs viendront et ils feront de nous des esclaves.
Heureusement, le Seigneur nous montre qui sont nos ennemis. Ils nous agressent intérieurement et nous oppriment.  Mais le Seigneur nous donnera la force de les vaincre si nous acceptons cette souffrance.  Si nous acceptons ces difficultés.  Pouvez-vous accepter les difficultés qui viennent ?  Le pouvez-vous ?? Accepter sa souffrance ne veut pas dire qu’il faut se dire que tout va bien.  Mais pouvez-vous alors continuer à vivre comme le Seigneur le veut ?  Car le Seigneur ne changera pas la situation difficile, ni les personnes difficiles , peut-être dans votre travail ou chez vos proches.  Mais le Seigneur a versé Son amour dans nos cœurs.  Et en approfondissant cet amour, nous en arriverons à pouvoir tout supporter. Nous connaissons : l’amour supporte tout, si l’amour de Dieu est en moi, je supporte tout.  Mais, soyons honnêtes : nous n’y sommes pas encore.  Nous passons par des moments où nous pensons : Seigneur, mon amour n’est pas si profond.  Aidez-moi à me débarrasser de ma réaction primaire.
Alors le Seigneur nous aidera dans notre peine et nous progresserons dans notre vie avec le Seigneur.
La douleur ressentie nous reconduit à l’essence de notre être.  On peut alors ne penser qu’à soi.  On peut se dire : ah, j’ai de nouveau tel et tel problème.  J’entends ceux qui disent cela et j’ai pitié d’eux car c’est un signe qu’ils ont soif.
Attention, car si nous ne pensons qu’à nous-mêmes , nous ne penserons plus à l’amour de Dieu qui va vers nous et les autres.  Il arrive qu’on aie pitié de soi, toute une vie durant.  C’est un bon signe, c’est signe qu’on a soif de plus.  Que peut-on changer, que peut-on renouveler ?
Il y a des gens qui pensent que le Seigneur les a laissés tomber. Ou d’autres qui pensent que le diable est trop fort.  Ou bien que l’évangile ne fonctionne pas.  A tous ceux-là, le Seigneur dit : Personne ne se prosterne devant vous, personne ne vous adore.  Vous êtes séparés de Moi.  Vous vous tenez à distance.  Il n’y a pas de communion. Mais, voulez-vous approfondir votre relation avec Moi ? Voulez-vous Me connaître moi et mon amour que je veux déployer dans votre cœur ?
Si vous entendez ceci, vous découvrirez que votre désir le plus profond n’est pas l’allègement de vos fardeaux actuels mais que votre désir le plus profond est une vie faite uniquement de grâce venant de la part de Dieu. Une vie avec Dieu et pour Dieu.
 
Réfléchissez à votre situation personnelle.  Etes-vous satisfaits de votre relation avec le Seigneur ?  Ou bien voulez vous progresser dans ce domaine ?  Avez-vous encore soif de plus avec le Seigneur ?  Abandonnez-vous à Lui car Il veut travailler en vous. Peut-être prierez vous alors : Seigneur, je sens que nous devons être de meilleurs amis car je suis attiré presque irrésistiblement vers les sources de plaisir qui me donnent la consolation que vous semblez me refuser. Et il y en a beaucoup. Certaines sont des personnes.  D’autres des occupations comme du sexe, du travail, de l’argent, de la puissance ou du bien être.  Mais aucune de ces choses n’apporte la vie.  Seul vous, Seigneur, vous pouvez étancher ma soif intérieure. Mais vous avez vos conditions. Je vous demande de réaliser mon meilleur rêve : une rencontre plus profonde avec vous.
Et s’il y a de la peine et du chagrin dites : J’ai des problèmes mais je ne suis pas démoralisé.  Je suis terrorisé spirituellement mais le Seigneur ne m’a pas abandonné.  Je suis dans l’angoisse mais pas à l’étroit, désemparé mais pas désespéré, persécuté mais pas abandonné, abattu mais pas perdu.  L’exil prendra fin et j’arriverai à la maison.  Mais ce n’est pas là le plus important.  Plaire à vous Seigneur est le plus important, c’est ma joie.  Et je veux le faire malgré les circonstances.  Réfléchissez à ceci lorsque vous aurez de la douleur et du chagrin.
 
J’en arrive à mon point 3 qui est : le rêve meilleur :  On peut rêver du ciel.  Le texte suivant m’a frappé : Psaume 68 verset 8 ,9 et 10 : « Dieu quand tu sortis à la tête de ton peuple quand tu marchais sur la terre aride.  La terre trembla, le ciel ruissela devant Dieu »
Seigneur, pendant que la terre tremble, tandis que tout est agité au-dedans de moi, quand j’ai mal, je peux remarquer que le ciel ruisselle d’une pluie bienfaisante !
Cela fait du bien.  Cela nous fait devenir qui nous devons être vraiment : c.à.d. des hommes tels que Dieu les a créés et que Jésus recrée.  Nous en arrivons ainsi à un rêve meilleur !
Une relation plus profonde avec Dieu, c’est entendre Sa voix et la comprendre.  Il est tout ce dont nous avons besoin.
Tant que nous n’aurons pas compris cela, nous ressentirons les autres désirs comme des besoins.  Et nous mettrons toute notre énergie à satisfaire ces désirs d’un niveau inférieur : c’est la caractéristique de l’esclavage.
Le plus important de notre vie avec le Seigneur, ce n’est pas qu’Il résolve tous nos problèmes.  D’ailleurs, Il ne le fera pas et nous pourrions être très frustrés.  Le plus important de notre vie c’est d’être «  en Christ », c’est jouir de Lui.  L’adorer, trouver en Lui plus de joie qu’en quelqu’un d’autre.  Discutez-en entre vous : c’est un très beau sujet de discussion.  Connaître Jésus c’est connaître la personne la plus magnifique.  Dans Jean 17 v 3, nous lisons quel est le rêve de Jésus : «  Père, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. »
Parfois, on croit que connaître Jésus se limite à l’unique prise de décision pour le Seigneur.  Mais,  comment allons-nous aujourd’hui ?  Continuons nous paisiblement dans cette grâce ou bien nous développons-nous encore ?  Et comment réagissons-nous quand nous avons du chagrin ?  Sommes-nous ouverts à Lui dans la peine ?  Rêvons-nous d’une relation plus profonde encore avec Lui ?  Alors prions : Seigneur, je désire que votre Esprit traverse chaque fibre de mon existence, je veux une rencontre plus riche avec Vous et une communion plus profonde avec les autres.  Transformez-moi, Seigneur, de sorte que je Vous ressemble plus. 
 
La base d’une bonne communion fraternelle, c’est une relation vivante avec le Seigneur. 
Cette relation nous renouvelle personnellement.  Elle suppose rencontre, intimité, communion avec Jésus.  Elle relie aussi les hommes entr’eux.
La plus grande bénédiction pour notre vie n’est pas un grand paquet de bénédictions.  Ne les comptons pas comme un avare spirituel.  Etre en Christ, c’est une communion  , une relation avec Lui.
Jésus veut vous bénir aujourd’hui.  Avez-vous un peu de temps ?  Je ne connais pas votre agenda et je ne sais si vous êtes très occupés.  Mais, prenez un peu de temps avec Jésus. A moins que vous ne préfériez continuer à courir sans cesse vers d’autres buts ?
 Mais la meilleure bénédiction, c’est une relation plus profonde avec Lui. Il faut la vouloir, la désirer, sinon tout est rituel, religieux, encadré.
Allez à Jésus avec tout votre cœur car c’est Jésus qui éveille ce désir en nous, par l’Esprit Saint.  N’éteignez pas l’ Esprit !  L’Esprit emploie souvent, pour cela, des désirs inassouvis.   Il vous aide à travers les larmes, il vous aide à découvrir enfin votre désir le plus profond.
Alors il arrivera que l’on priera :
Seigneur, je suis à nouveau malade, j’ai perdu mon emploi ou bien mon conjoint m’a quitté.  Je suis fâché et je me sens terriblement abattu mais je continue à Vous faire confiance, Seigneur.  Je Vous désire plus que jamais.  Vous êtes mon espoir et cela me donne de la joie au milieu de tout ce chagrin.
Celui qui prie ainsi a un rêve céleste.
Un autre priera : Seigneur, j’ai un mauvais mariage. Pourtant, nous nous aimons mais il semble que tout aille toujours péniblement.  Mais vous me donnez une vision :  par votre amour, Seigneur, je peux changer et je peux devenir un époux encore meilleur .Que mon partenaire change ou pas, cela n’y fait rien. Rien ne me séparera de votre amour, Seigneur.
 
Ainsi l’église changera et sera pétillante. Les chrétiens y fonctionneront bien, tant les jeunes que les vieillards.  Les jeunes seront ouverts à tout ce qui vient du Seigneur.  Et les vieux ne seront pas pétrifiés dans les coutumes religieuses.
Dans leur désir profond du Seigneur, ils L’entendront parler car le Seigneur les désire aussi. Il leur donnera de découvrir des profondeurs insoupçonnées dans les textes bibliques.  Ils recevront la paix. Ils ouvriront les sceaux du livre de leur propre vie.  Ils ruisselleront et se rafraîchiront mutuellement.   Ils se corrigeront mutuellement avec amour.  L’onction de l’Esprit de Dieu sera à l’œuvre.  Ils loueront et adoreront.  Ils s’orienteront aussi sur le monde extérieur et ils ramèneront des hommes dans le pays où coule le lait et le miel. 
Oui, j’ai ce rêve et bien que le diable veuille ridiculiser mon rêve en divisant l’église, il n’y parviendra pas. Le rêve continue et chaque difficulté donne une plus grande joie et une plus grande adoration du Seigneur.
Je vois que le Seigneur peut faire encore beaucoup dans ma vie et dans votre vie.
Dans les situations de crise, il apparaît ce qui vit en nous.  Et cela semble peu ! Que le Seigneur nous donne tant de Lui-même afin que nous puissions nous soutenir mutuellement aussi quand nous sommes opposés les uns aux autres.  C’est mon rêve Seigneur, et j’aspire à sa réalisation !  Que vous puissiez travailler en chacun de nous Seigneur ! Que votre Esprit travaille dans ma vie ! Que je sois si profondément ancré en toi Seigneur, que cela puisse tout me coûter !!!
Seigneur, vous cherchez des hommes qui ont un rêve et qui ont une telle relation avec vous qu’ils goûtent continuellement votre présence.
Seigneur, délivrez moi de mes pensées anciennes.  Parlez, Seigneur, par Votre Esprit.  Je veux entendre ce que Vous dites à moi et à Votre église pour réaliser Votre rêve.
Ce rêve est le mien et même si on veut me l’enlever sept fois, je le reprendrai et je continuerai à le chérir.
AMEN.
 
 
 
PRIONS
Merci Seigneur, de nous montrer qu’il est possible d’avoir une relation plus profonde avec Vous.  Nous voulons encore la réalisation de nos vœux terrestres mais le  plus profond est que notre cœur puisse être rempli de Vous.  Nous avons soif de Vous Seigneur car Vous êtes l’Eternel.  Nous nous bénissons mutuellement dans cette recherche afin que nous continuions à donner de la lumière dans ces temps de la fin.   Que Votre amour devienne plus fort, la foi plus solide et l’attente de tout ce que vous allez faire plus grande.  Nous nous bénissons mutuellement dans le nom de Jésus.  Alleluia. Amen.