Friday, April 19, 2019

“He’s got the whole wide world in His hands”

Text Size



L’amour du Père

Sermon de Simon Verdouw

 
 
Nous venons de chanter : « Que tout ce que je pense soit rempli de Ton amour, Seigneur ».
Chaque fois que je chante cette petite phrase – de tout mon cœur d’ailleurs – je pense : « Ce n’est pas rien ». Si j’examine ma propre pensée, ma propre vie à travers la journée, pour que celle-ci soit remplie de Ton amour Seigneur….pour que le contenu de ma vie corresponde à cette phrase, pour que « ma conduite » y corresponde, ce n’est pas rien….
C’est de cela que j’aimerais vous entretenir aujourd’hui : de l’amour du Père. Je voudrais lire avec vous 1Jean 3 : 1 : « Voyez de quel amour le Père nous a fait don, que nous soyons appelés enfants de Dieu ». Et nous le sommes aussi ! Voyez ce matin quel amour le Père nous a donné. Et prenons ensuite Jude, les versets 1 et 2 : « Jude, esclave de Jésus-Christ et frère de Jacques, aux appelés, bien-aimés en Dieu le Père, et conservés en Jésus-Christ,
Que la miséricorde, et la paix, et l’amour vous soient multipliés ! »
 
 
Frères et sœurs, l’amour a été fréquemment chanté. On l’a désespérément cherché, mais rarement trouvé. Dans le monde autour de nous, nous constatons le refroidissement, l’endurcissement et l’anarchie. Pourtant, nous vivons, à mon avis, dans une période où toute la religiosité est mise de côté et dans laquelle l’amour irrésistible de Dieu se manifestera et sera vu de plus en plus. L’amour veut se faire connaître. Dieu ne se laisse freiner par rien, par personne. « Voyez quel amour le Père nous a donné ». Son amour est donc constatable pour celui qui y prête attention et le cherche. Que Son amour qui est donc indiquable paraît par ses œuvres. L’amour demande à être remarqué, il se traduit en actes. Après la création, la plus grande intervention de Dieu fut l’acte d’amour par lequel Il donna son Fils unique à un monde perdu. Il nous Le donna pour prendre sur Lui le péché de l’humanité, pour prendre sur Lui la maladie et les faiblesses. Ce fut un acte d’amour de la part de Dieu. C’est pourquoi en Jésus-Christ, nous pouvons voir l’amour de Dieu sous sa forme la plus pure. L’amour du Père pour Son propre Fils et l’amour du Fils pour Son propre Père et pour l’humanité. Le vœu le plus grand du Créateur du ciel et de la terre, du Dieu tout-puissant, invisible et éternel n’est pas tellement d’être appelé « Dieu », mais d’être connu par les siens comme « père ».
Dans Jérémie 3 : 19 se trouve  écrit, ce qui surgit du cœur de Dieu par rapport à Son peuple : « Et dire que J’avais encore espéré que vous m’appèleriez « Père ». Cela Lui manque donc.
Ce grand Dieu tout-puissant n’a qu’un désir : que son peuple Le connaisse comme « père » en fasse l’expérience et Le nomme ainsi. C’est aussi très émouvant de remarquer que les premières paroles publiques, prononcées par Jésus à l’âge de douze ans, et notées dans la Bible, furent : « Ne saviez-vous pas que je dois m’occuper des affaires de mon Père ? »
 
Si vous examinez votre propre vie de  prière, comment vous adressez-vous au Tout-Puissant ? Il faut une fois tester vous-même se qui se passe en vous quand vous adressez à Dieu en Lui disant « Père ». Vous pourriez être étonné de ce qui résulte de cette confrontation. Surtout si vous n’avez pas eu de père ou si vous avez eu un mauvais père ; à ce moment-là, toutes sortes d’émotions peuvent surgir dans votre cœur. Mais quant au Père » de qui provient toute paternité, quelque chose de supérieur émane de Lui pour que l’on appelle Père. Jésus dit : « Je dois m’occuper des choses de mon Père », par là, Jésus  exprimait de quelle manière Il connaissait le Père, quelle relation il entretenait avec Lui. Quelle sécurité Il trouvait en Lui, quelle conscience Il avait de sa propre identité. Quelles étaient son origine et sa destination.
« Ne saviez-vous pas que je dois m’occuper des affaires de Dieu »  non, « des affaires de mon Père ». Et quelle est la première prière que Jésus nous enseigne ? Quelles en sont les premières paroles ? « Notre Dieu » ? Non, « Notre Père ».Cela creuse profondément. Savoir que je suis accepté, que mon existence a un but, un avenir, n’est-ce pas le désir le plus profond de l’homme ?  « Voyez combien  d’amour notre père nous a donné ». Tout ce que l’on dit de Dieu peut se résumer en un seul mot : Dieu est amour. C’est Son essence même. Dieu n’est pas enfermé en Lui-même comme dans un cercle fermé, mais Il est – comme l’amour est réellement - toujours axé sur ce qui est en dehors de Lui. Axé sur sa création, sur sa créature, sur l’homme. Son amour cherche un terrain d’attention et d’action dans la vie des hommes. L’amour de Dieu pour les hommes est tellement grand.
 
 
Ce texte de Jude dit : Vous êtes en Dieu, le Père, le bien-aimé (adoré dirions-nous) et conservé pour Jésus-Christ ». Cela vaut vraiment la peine de nous approfondir dans l’amour du Père. A mon avis, c’est plus que jamais une nécessité de le faire pour que l’on puisse saisir et concevoir la profondeur de Son amour, et en chercher le contenu. Non dans le but d’être une étude, mais pour le vivre et l’extérioriser. En outre, l’amour de Dieu pour nous, est plutôt caractérisé par ce que Dieu Lui-même voit comme nécessité pour l’homme que par ce que l’homme éprouve comme besoin direct. C’est pourquoi l’amour de Dieu consistait dans le fait que Jésus-Christ mourut pour le péché du monde entier, aussi insensé que cela puisse sembler. C’est pourquoi Jésus-Christ accepta cette mission, comme expression de l’amour de Dieu pour l’humanité ; ceci est un amour d’un calibre et d’un niveau supérieurs. Jésus-Christ mourut pour le péché du monde entier et ainsi, en Lui, Dieu réconciliait le monde avec Lui-même.
 
Si vous apercevez quelque chose de cet amour du Père pour sa création et que vous êtes encore à distance de ce Dieu, faites aujourd’hui-même un pas vers Lui. Découvrez, acceptez l’amour qu’Il a pour vous. Un amour par lequel Il donna Son Fils pour attirer à nouveau tous les hommes à Lui. Si nécessaire, laissez-vous toucher le cœur par cet amour, laissez-vous convaincre par cet amour qui vous ramène à Dieu.
 
 
Cet amour est si grand qu’il ne peut être contenu par une petite église. En Jésus-Christ, cet amour se manifeste dans toute sa plénitude. Mais cette manifestation ne peut se limiter à un seul : Il est le Premier. L’amour n’aime jamais rester seul. L’amour cherche tout un peuple. Dieu cherche toute l’humanité. C’est pourquoi il est écrit dans Ephésiens 3 : 18 qu’ensemble avec les saints, nous sommes capables de contenir et de comprendre l’étendue de cet amour,mais aussi d’en faire l’expérience et de le sentir ? Il faut à Dieu une humanité entière dans laquelle Il puisse pleinement remplir les hommes, afin qu’ils débordent eux-mêmes de son amour.
 
Une rencontre personnelle avec Jésus-Christ qui est amour, peut en une seule fois enlever tant de représentations erronées. Ou en une seule fois révéler tant d’amour de Dieu à votre cœur et vous le faire expérimenter.  Vous pouvez prier : « Seigneur, ouvre-moi les yeux à cela. Enlève tout ce qui m’empêche de voir cet amour. Seigneur, viens à ma rencontre ». L’amour ne désire-t-il pas d’être rencontré ? L’amour réel ne cherche-t-il pas à être connu ? En tant que parents, ne désirez-vous pas offrir de l’amour ? Ne désirez-vous pas qu’une occasion se présente pour le manifester ? L’amour veut se partager. Tel est Dieu. Donc, priez Jésus ou le Père : « Montre-moi Ton amour ». C’est une prière selon Son cœur.
 
Dernièrement, j’avais du mal à m’endormir et quand cela arrive, autant prier. Réfléchissant sur ce sujet, je demandai : « Père, montre-moi Ton amour ». A instant même, mes pensées retournèrent à l’époque où j’avais seize ans quand  perdit mon père. Il mourut après une courte maladie. Je n’ai pas eu un mauvais père. Je suis reconnaissant de la famille dans laquelle j’ai été élevé, mais je n’ai pas eu un lien véritable avec mon père. Dans cette phase de mon adolescence, son décès ne m’a pas tellement touché. Durant cette période, je rencontrai Nele, ma femme avec qui je vis un mariage heureux depuis bien longtemps. Elle pensait : « Voilà un garçon profondément triste à cause de la mort de son père » Mais ce n’était pas le cas. Etant mariés, nous avons eu quatre garçons, à présent, ils ont tous dépassé les vingt ans. Pour eux, je suis donc devenu un père. Il y a eu un moment dans leur éducation, où, essayant de m’occuper d’eux d’après mes meilleures capacités, je devins conscient qu’ils recevaient de moi, ce que moi-même je ne n’avais pas reçu. Brusquement, cela me toucha le cœur et me rendit très triste. Je compris ce que j’avais manqué. Et l’étonnant, durant cette nuit blanche dont je vous parle, me souvenant de la période de mes seize, dix-sept ans, priant le Père de pouvoir ressentir son amour, Dieu me donna cette expérience : son amour pour moi au moment de la perte de mon père. Il me voyait. Je savais brusquement quelle tristesse  je vivais et je savais que Dieu le voyait et qu’Il en était Lui-même ému. Tout en vivant à la fois ce manque, cette peine et cette tristesse, j’expérimentai à la fois l’amour de Dieu qui compensait et résolvait le problème. Ce fut une expérience très émouvante. Cela ne se passa pas non plus sans larmes. Donc, ma prière : « Père, montre-moi Ton amour » me plaça dans cette situation et me fit vivre quelque chose du véritable amour paternel qui comprenait, compatissait, comblait et guérissait. L’amour du Père. Pour moi, cette expérience, unique dans ma vie, me fit « voir » un instant quel amour le Père me donnait. Peut-être avez-vous votre propre témoignage à cet égard.
Donc, si vous  priez que cela vous arrive, et qu’en effet cela vous arrive ; abandonnez—vous. « Laissez affluer Son amour », chantons-nous dans un cantique. Laissez-vous vaincre. Pareille chose peut aussi vous arriver, tout autant que devenir amoureux.
 
 
Frères et sœurs, Dieu est amour. Cela est si merveilleusement décrit dans 1 Corinthiens 13. Il impossible de mieux parler aussi concrètement de  l’amour que là. 1Corinthiens 13 : quatrième verset dit que cet amour est « patient », ; il pas envieux, il ne se vante pas et il n’est pas gonflé. L’amour de Dieu n’est pas limité. L’amour de Dieu offre de l’espace. L’amour de Dieu attend. Prenons le récit de Noé. Nous y voyons comment, dans son amour, Dieu attend, crée l’occasion, attend le bon moment. Il ne force pas, ne presse pas les choses, mais attend jusqu’à ce que le temps soit mûr. L’amour de Dieu est patient, nous le voyons en Jésus. A chaque fois, cela me touche profondément, cela m’émeut et m’encourage, cela m’exhorte aussi quand je vois comment Jésus faisait route avec ses disciples. Il les supporta, les aima jusqu’à la fin. Quel amour Jésus ne montra-t-Il pas à l’égard de Ses disciples incrédules qui l’abandonnèrent. Il continua à les aimer. Patient : Il les aima jusqu’à la fin. Un amour caractérisé par la bienveillance. Un amour caractérisé par la miséricorde, toujours compatissant. Ses bras étreignaient continuellement  ce qui était faible, blessé et fragile. Il disait : « Venez, faisons-le ensemble », il apportait une chaleur et une protection réelles. Tel est Dieu, tel est Jésus. Cet amour est dans notre cœur par le Saint-Esprit. Il n’est ni envieux, ni jaloux. L’amour de Dieu peut supporter, il se réjouit de la réussite de l’autre.
Savez-vous ce qui est écrit de Dieu ? Que sa bonté compatissante me grandit. Voilà comment est Dieu. Il se penche sur vous pour vous rehausser.
L’amour est conscient de lui-même. L’amour véritable ne se supprime pas, ne se renie pas, mais s’accepte. Vous vous sentez intérieurement en paix avec vous-même, avec votre existence ; vous pouvez y être. L’amour n’est pas envieux ; l’amour connaît sa propre place, ses propres dons, sa propre tâche et mission, et par-là aussi ses limites. Je ne dois pas savoir faire ce que vous faites. Je ne dois même pas essayer de le faire. La tâche que le Seigneur me donne, crée de l’espace autour de moi. Il ne doit pas dépasser ses limites, sinon j’arrive dans le stress. L’amour connaît ses propres limites. L’amour est attentif à l’autre et reconnaît sa valeur. L’amour stimule toujours à découvrir les autres, à les nommer, à les encourager, à les bénir, à les aider à avancer ; il continue à les aider. Voilà comment est Dieu, voilà comment est son amour, voilà comment cet amour  a pleinement fonctionné en Jésus.
Cet amour de Dieu est répandu dans notre cœur ; c’est ainsi qu’Il peut réaliser quelque chose en nous. Cet amour ne se vante pas ; il ne fanfaronne pas, il n’exagère pas. Jésus dit : « Je ne cherche pas Mon honneur, mais celui du Père ». Je me pose parfois la question - vous aussi peut-être -, « Quand est-ce que je suis le plus heureux ? » Qu’est-ce qui est pour moi le summum du bonheur ? Cela me préoccupe et je le recherche. Je voulais servir le Seigneur. Et cela me fit aboutir à ce que Jésus dit : « C’est mon désir le plus profond que de faire la volonté de Dieu, de chercher son honneur ». J’en conclue donc que cela peut rendre l’homme très heureux. Et je veux devenir très heureux. Ne pas chercher mon propre honneur, mais celui de Celui qui m’envoie.
L’amour ne se gonfle pas, il ne connaît pas la vantardise. Ne vous haussez jamais vous-même et ne méprisez pas l’autre. Je lisais quelque part : « L’amour mutuel, l’amour envers les frères, protège le Chrétien de l’orgueil et du sentiment d’infériorité ».
Si vous le formulez de cette façon : l’amour est patient, pas envieux, ne se vante pas, n’est pas gonflé, alors je pense que si tout cela vous crée des problème, c’est l’absence d’amour qui en est la base. Si vous êtes jaloux, vous assayez de vous maintenir, de vous hausser au-dessus de l’autre. l’amour que donne le Père est capable de vous en délivrer et de vous guérir.
 
1Corinthiens 13 verset 5 continue : « L’amour ne blesse personne ». Dieu ne blesse jamais les sentiments. Si vous suivez minutieusement Jésus dans les évangiles, vous ne lirez jamais qu’Il ait une seule fois blessé les sentiments de quelqu’un. Il n’agissait jamais bassement. Il ne se comportait jamais d’une façon vulgaire ou indécente. Je lisais quelque part que l’« Agapè » – qui signifie amour en grec – n’est jamais insolent ou vulgaire. Il n’a pas tendance à contrarier ni à s’opposer constamment. Cet amour fait tout pour garder la bonne atmosphère dans la communauté, car il est positif à l’égard de chaque membre de la communauté. Il respecte le prochain et le montre dans son contact avec l’autre. Le Chrétien est un être éduqué qui parle entre quatre yeux des difficultés qu’il a avec ses frères et sœurs et non en compagnie de tout le monde. Les Chrétiens sont des gens courtois.
On peut aussi le dire d’une autre façon : « Si l’amour de Dieu habite et agit en moi, je suis moins fragile. Cet amour contient apparemment aussi une force qui, même si on vous attaque, vous protège des coups. Ces attaques ne pénètrent pas. Il y a en moi un amour pour l’autre qui ne me déloge pas de ma position. C’est cela l’amour que je reçois de Dieu. L’amour de Dieu, répandu dans mon cœur, non pas par quelque force humaine, mais par le Saint-Esprit. Ainsi, je m’exerce. J’essaie de collaborer cet amour. Et je deviens moins fragile.
 
L’amour ne se cherche pas soi-même. Dieu ne se cherche pas, Il ne cherche pas son propre intérêt. Se chercher, c’est de l’égoïsme. L’amour ne possède pas ce défaut. Pour lui, c’est un élément étranger. La caractéristique de l’amour, c’est qu’il ne se place pas au point central. Il n’a pas besoin de tant d’attention. Il y a une paix profonde qui fait en sorte que vous regardez autour de vous en pensant : « De quoi as-tu besoin,  de quoi l’autre a-t-il besoin ? » Quel est le problème de l’autre ? Que puis-je signifier pour lui ? » Cela peut vous amener à considérer l’autre plus haut que vous-même et à chercher son intérêt. C’est une chose incroyablement belle de pouvoir expérimenter cela. Qu’il y a quelqu’un qui s’engage inconditionnellement à chercher le meilleur pour vous. Voilà de quelle trempe est Dieu. Voilà comment agit Son amour. C’est ainsi qu’agissait Jésus-Christ, ce fut sa vie. Nous le voyons quand Il dit : « Père, non pas ma volonté, mais la Tienne (Matthieu 26 : 39).
 
L’amour de Dieu porte en lui la capacité de ne jamais devenir amer. L’êtes-vous parfois, la colère vous prend-elle aussi ? Cela peut avoir des raisons. La colère peut être réellement justifiée à cause de ce que l’on vous a fait. Il y a des gens qui ont enduré la pire des choses dans leur vie. Ils sont de droit, réellement en colère. Cependant, la où la colère reste cachée et non assimilée, menace le danger de l’endurcissement et l’amertume. Il vous faut alors beaucoup d’amour de Dieu pour ne pas s’aigrir, pour arriver à la guérison, à l’assimilisation d’une telle situation. Mais l’amour porte en lui la qualité de réaliser cela dans la vie de l’homme, de le purifier, d’assimiler les peines. Il est capable d’adoucir et de réchauffer un cœur endurci et froid.
 
L’amour de Dieu n’impute pas le mal. Dans 2Corinthiens 5 : 19 se trouve écrit qu’en Christ, Dieu a réconcilié le monde avec Lui-même sans tenir compte de leurs transgressions. Vous connaissez bien le récit de Stéphane qui fut lapidé et qui cria : « Seigneur, ne leur impute pas ce péché ». Actes 7 : 60 ». Jésus, innocent, prie pendant qu’on l’accuse et le crucifie : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ! ». (Luc 23 : 34). Jusqu’où l’amour peut-il aller ? Quelles richesses l’amour qui est en Dieu ne renferme-t-il pas ? Combien de richesse contient l’amour réel qui vient de Dieu, qui agit en Jésus et qui est répandu par le Saint-Esprit dans nos cœurs ?
 
1Corinthiens 13 : 6 dit : « L’amour ne se réjouit pas de l’injustice, il se réjouit de la vérité ». Le véritable amour a un réel dégoût du péché, du mensonge et de la maladie. Ce fut une parole d’amour, de la part de Dieu lorsqu’Il s’adressa à Satan en disant : « Que l’iniquité s’instaure entre toi et l’homme ». (Genèse 3 : 15). C’est l’amour véritable qui résiste à  et ne supporte pas l’injustice ; c’est pourquoi il  est la plus grande force pour éliminer le mal et résister aux ténèbres. L’amour ne se réjouit pas de l’échec de l’autre non plus. L’amour ne se réjouit pas quand l’autre fait quelque chose de travers, ou quand il souffre. Plus fort encore ; dans ce cas, l’amour déclenche la résistance. Il s’enclenche une attitude par laquelle on se démène à extirper toute injustice. C’est par amour qu’à un moment donné vous dites : « Et malgré tout, je ne me résigne pas à la situation dans laquelle je me trouve. Je ne veux pas continuer sur ce chemin. Il doit exister un chemin pour sortir de ce péché, de cette situation pécheresse ». C’est l’amour qui fait que vous ne vous résignez pas aux ténèbres qui existent encore dans votre vie -  l’amour est une puissance qui mobilise tout pour anéantir cette situation. Celui qui tient ferme à Jésus, Lui qui est le Chemin la Vérité et la Vie, trouvera toujours de l’aide pour être purifié et guéri de toute injustice.
 
Pour terminer, 1Corinthiens 13 : 7 dit : « Il supporte tout, croit tout, espère tout, endure tout. » Tout, c’est beaucoup n’est-ce pas : L’amour couvre toutes choses. L’amour crée la sécurité. En couvrant, l’amour protège, il vous étreint de ses bras. Tout ce qui est ainsi couvert par cet amour, peut ensuite, par ce même amour, trouver la solution au moment propice. Dieu travaille de cette façon.
L’amour croit tout, il espère tout. L’expression « sans espoir » ne se trouve pas dans le dictionnaire de l’amour. Il supporte tout. N’est-ce pas impressionnant que l’amour qui est en Dieu et par Son Esprit en nous, soit ainsi ? Il n’abandonne jamais. Il supporte tout. Ainsi, chacun crée de l’espace pour l’autre. Tout se trouve enfermé dans les capacités de l’amour qui est dans le Père et qu’Il nous donne. L’amour fait toujours confiance. Il espère toujours tout de Dieu et n’abandonne jamais. L’amour ne disparaîtra jamais. Donc, vous ne délaissez pas l’autre, mais en l’aimant, vous le faites apparaître.
Dans Romains 8 : 38 se trouve écrit : « Car je suis assuré que ni mort, ni vie, ni anges, ni principautés, ni choses présentes, ni choses à venir, ni puissances, ni hauteur, ni profondeur, ni aucune autre créature, ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu, qui est dans le Christ Jésus, notre Seigneur ». Amen.
 
 
Prions.
 
Si ces paroles nous disent : « Voyez quel amour notre Père nous a donné », alors je Te demande Père : ouvre nos yeux, ouvre nos cœurs. Donne-nous en ce moment une nouvelle impression, une consciente renforcée, un contact avec l’amour qui est en Toi et qui vient vers nous. Ouvre nos yeux, enlève les voiles qui obscurcissent Ta vue. Et que, par le Saint-Esprit qui est répandu dans nos cœurs, Ton amour nous touche. Je prie que Ton amour puisse toucher mes frères et sœurs, les jeunes et les vieux, à l’endroit où cet amour leur manque, là où ils souffrent. Que Ton amour rassemble. Que Ton amour soit comme une force qui couvre. Que Ton amour soit comme une puissance qui protège. Que Ton amour soit comme une influence par laquelle nous ayons à nouveau de l’espoir et de la foi. Que Ton amour soit une source qui enlève toute misère. Que Ton amour nous reforme comme homme ; que ce qui est brisé soit guérit et que l’unité intérieure soit rétablie.
Seigneur Jésus, viens à notre secours. Nous prions que Ton Esprit par lequel Ton amour de Dieu est répandu dans notre cœur, fasse ce merveilleux travail en nous. Ainsi, nous nous ouvrons à Toi et nous prions que Ta main puissante soit sur nous à travers notre vie et que Ton amour restaure toute chose. Et que les choses deviennent telles, que par l’amour parfait, toute angoisse soit expulsée de nous et que nous devenions complètement libres.
Nous voulons Te remercier, nous Te louons pour Ton amour qui agit en nous. Et nous nous bénissons mutuellement dans le nom de Jésus.
Amen.